in

Les Ukrainiens ne seront pas renvoyés chez eux même si les visas canadiens expirent

Le ministre de l'Immigration, Marc Miller, a promis que le Canada ne renverrait pas chez eux les Ukrainiens arrivés dans le cadre de l'autorisation de voyage d'urgence Canada-Ukraine (CUAET) tant que la guerre avec la Russie ferait rage – même si leurs visas étaient expirés.

« Nous ne renvoyons personne face à l'agression d'un agresseur nucléaire comme la Russie et tant que la guerre continue », a déclaré Miller.

« C’est quelque chose que nous devrons examiner alors que ce programme commence à prendre fin. Et nous recherchons un certain nombre de moyens de garantir que les gens sont en sécurité et les bienvenus ici au Canada, y compris les près de 300 000 personnes qui fuient la guerre en Ukraine.

La promesse de Miller aux Ukrainiens que le Canada ne les renverrait pas dans leur pays déchiré par la guerre même si leur visa de visiteur expirait a été faite lors de l'annonce d'une stratégie de logement le 27 mars en réponse à la question d'un journaliste.

Cette promesse fait suite au fait que le ministre de l’Immigration avait précédemment rejeté toute prolongation du CUAET, estimant que « ce n’était pas quelque chose qui était activement envisagé ».


Lire la suite des nouvelles sur l'immigration au Canada

La Colombie-Britannique émet 127 invitations à l'immigration au Canada dans le cadre d'un nouveau tirage du PNP
Tirage au sort Arrima du Québec : la province émet 1 357 invitations à l'immigration au Canada
Les infirmières peuvent utiliser le programme PASS pour immigrer au Canada plus rapidement


Miller n’a cependant pas exclu jusqu’à présent catégoriquement la possibilité d’une certaine forme d’aide continue aux Ukrainiens temporairement au Canada.

« Il faut une flexibilité opérationnelle pour ce qui se passe en Ukraine », aurait-il déclaré.

Entre le 17 mars 2022 et le 27 février de cette année, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) a reçu 1 189 320 demandes dans le cadre du programme de résidence temporaire du CUAET.

Mais alors que 960 091 de ces demandes ont été approuvées au cours de cette période, seulement 248 726 Ukrainiens, soit 25,9 pour cent du total, avaient déménagé au Canada à la fin février.

Selon des sondages, environ 90 % des Ukrainiens arrivés au Canada dans le cadre de la mesure temporaire lancée à la suite de l'invasion de l'Ukraine par le président russe Vladimir Poutine en février 2022 souhaitent désormais y rester de façon permanente.


Regarder la vidéo


Mais le CUAET ne leur permet pas de faire cela, offrant uniquement la possibilité de rester au Canada jusqu'à trois ans en tant que résidents temporaires et leur offrant des permis de travail et d'études ouverts et gratuits.

Une organisation canadienne à but non lucratif représentant les Ukrainiens, Pathfinders for Ukraine, souhaite qu'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) ouvre la porte à la résidence permanente aux Ukrainiens ayant une voie permanente.

« Nous savons que les employeurs hésitent à embaucher, former et promouvoir des Ukrainiens, sachant que leur permis de travail expirera dans un an », aurait déclaré Randall Baran-Chong, directeur exécutif et fondateur de l'organisation.

Des groupes ukrainiens plaident en faveur d’une voie de résidence permanente pour les arrivées du CUAET

« Ces Ukrainiens déplacés par la guerre sont de facto des réfugiés, mais le programme est une mesure temporaire qui ne leur offre pas les avantages et la protection du statut de réfugié. »

Près d'un quart de million d'Ukrainiens sont déjà ici après avoir été intégrés dans le cadre du CUAET et un nombre croissant d'entre eux arrivent à l'approche de la date limite du 31 mars pour les voyages dans le cadre du programme.

« Nous constatons nettement plus d'arrivées semaine après semaine, parce que les gens essaient de venir, les gens arrivent avant la fin », aurait déclaré Ihor Michalchyshyn, PDG et directeur exécutif du Congrès ukrainien canadien. Poste National.

De nombreux Ukrainiens auraient demandé le CUAET comme une sorte de police d'assurance s'ils en avaient besoin pour fuir l'Ukraine.

Près de trois quarts de million d'Ukrainiens, soit exactement 711 365, sont encore admissibles à venir au Canada en tant que résidents temporaires dans le cadre du CUAET avant la fin mars.

Rien qu'en février, le Canada a accueilli 27 495 Ukrainiens par l'intermédiaire du CUAET.

Une fois la mesure temporaire en place, Ottawa a également augmenté sa capacité de traitement des demandes d'immigration en Europe et envoyé des kits biométriques mobiles à Varsovie, Vienne et Bucarest pour prendre les empreintes digitales et des photos de portraits d'éventuels réfugiés ukrainiens afin de garantir que les précautions de sécurité appropriées soient prises. avec l’augmentation des candidatures.

Le gouvernement a ensuite élargi ses programmes fédéraux d’établissement pour inclure des formations linguistiques, des services d’orientation, une aide à l’emploi et d’autres mesures de soutien destinées aux Ukrainiens à mesure qu’ils s’installent dans leur nouvelle communauté.

En plus des services d'établissement, les Ukrainiens fuyant vers le Canada se sont également vu offrir une aide financière transitoire de 3 000 $ par adulte et de 1 500 $ par enfant.

« Ces fonds aideront les ressortissants ukrainiens et les membres de leur famille à répondre à leurs besoins fondamentaux, comme le transport et le logement à long terme, à mesure qu'ils arrivent dans les communautés du Canada et trouvent un emploi », a noté IRCC sur son site Internet.

« Les services d'établissement resteront disponibles pour les Ukrainiens et les membres de leur famille après leur arrivée afin qu'ils puissent participer pleinement à la vie des communautés canadiennes pendant leur séjour ici. Les Ukrainiens et les membres de leur famille continueront également de bénéficier d'un soutien financier transitoire unique, ainsi que de l'accès à un hébergement d'urgence jusqu'à deux semaines, si nécessaire, après leur arrivée au Canada.

Hotline pour aider les Ukrainiens avec des services juridiques

Cette année, Ottawa a augmenté son offre d'aide aux Ukrainiens en injectant 475 788 $ dans une ligne d'assistance trilingue pour les aider à accéder aux services juridiques dont ils ont besoin pour les trois prochaines années.

L'argent était destiné à l'Initiative d'aide juridique aux réfugiés ukrainiens de Pro Bono Ontario, afin de permettre aux Ukrainiens déplacés d'accéder à des informations et à des conseils juridiques, y compris la ligne d'assistance sans frais accessible à l'échelle nationale et à l'étranger.

La ligne d'assistance téléphonique permet aux Ukrainiens au Canada d'accéder à des avocats canadiens afin qu'ils puissent poser des questions liées à l'immigration sur des sujets tels que le parrainage, les demandes de statut de réfugié et les permis de travail ou être orientés vers des organisations pro bono provinciales ou des groupes communautaires à travers le Canada.

« Notre gouvernement est reconnaissant de pouvoir compter sur des organisations, comme Pro Bono Ontario, qui améliorent l'accès à la justice, une valeur canadienne fondamentale et partie intégrante d'un système de justice juste et efficace », a déclaré le ministre de la Justice, Arif Virani.

« Cet investissement montre à quel point notre gouvernement continue de se tenir aux côtés de l'Ukraine et que nous continuerons à soutenir les Ukrainiens contraints de fuir leur foyer en raison de l'invasion illégale de la Russie. »

Étant donné que le CUAET n'accepte plus les demandes de l'étranger, les Ukrainiens souhaitant venir au Canada de l'étranger peuvent demander un visa ou un permis de travail ou d'études par l'intermédiaire des programmes de résidence temporaire existants d'IRCC, mais sont désormais soumis à des frais et à des exigences standard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Le Manitoba a une autre chance d'accueillir 9 500 candidats par le biais du PCP

Le Simplon bientôt sur un dock flottant