in

Le premier ministre du Québec, François Legault, menace un référendum sur les pouvoirs en matière d'immigration

Le premier ministre du Québec, François Legault, a lancé un appel ferme à Ottawa, se disant prêt à explorer toutes les options, y compris la possibilité d'un référendum, concernant les pouvoirs en matière d'immigration.

Accusant le gouvernement fédéral d'ingérence injustifiée dans les affaires provinciales, Legault a souligné l'importance de tenir compte des préoccupations des Québécois concernant les niveaux d'immigration.

S'adressant à la presse depuis l'Assemblée législative provinciale, Legault a exhorté le premier ministre Justin Trudeau à donner la priorité aux voix des Québécois dans les discussions entourant les politiques d'immigration.

Ses propos coïncident avec le dévoilement imminent du budget fédéral pour 2024 et ce qu'il perçoit comme une intervention fédérale excessive dans les affaires du Québec.

«La majorité des Québécois pensent que 560 000 immigrants temporaires, c'est trop», a-t-il déclaré.


En savoir plus

Le Québec est invité à accélérer le traitement des demandes de parrainage familial
Le gouvernement fédéral canadien refuse de donner un contrôle total sur l'immigration au Québec
L'immigration familiale au Québec sous le feu des critiques: les critiques se multiplient concernant les retards
Le Canada contournera le Québec pour accélérer l'immigration de regroupement familial


Même si Legault a précisé qu'un référendum sur les pouvoirs en matière d'immigration n'est pas un plan immédiat, il a souligné le mécontentement des Québécois face à l'afflux actuel d'immigrants temporaires, citant des pressions sur des services essentiels comme les soins de santé et l'éducation.

Il a souligné la nécessité d'obtenir des résultats tangibles de la part d'Ottawa pour atténuer ces pressions, soulignant la reconnaissance par Trudeau, quoique tardivement, de l'ampleur du problème.

Le premier ministre a présenté deux pistes d'action possibles pour le gouvernement fédéral : soit réduire l'afflux d'immigrants au Québec, soit déléguer davantage de pouvoirs en matière d'immigration à la province. Cette position reflète les tensions de longue date entre l'administration Legault et Ottawa, notamment en ce qui concerne les objectifs en matière d'immigration et la gestion des demandeurs d'asile.


Regarder la vidéo


En réponse aux demandes persistantes du Québec pour une autonomie accrue en matière d'immigration, Trudeau a fermement rejeté l'idée d'un transfert total des pouvoirs à la province. Il a réitéré que le Québec jouit déjà d'une autorité considérable en matière d'immigration, soulignant la nécessité de solutions collaboratives plutôt que d'actions unilatérales.

Legault a souligné l'attitude accueillante des Québécois envers les nouveaux arrivants, mais a souligné que la capacité de la province était dépassée. Adressant son message à Trudeau, il a exhorté le gouvernement fédéral à se concentrer sur ses responsabilités, notamment en matière d'immigration, plutôt que d'empiéter sur les compétences du Québec.

La position du premier ministre souligne la détermination du Québec à affirmer son autonomie en matière de politique d'immigration tout en exigeant un dialogue et une coopération significatifs de la part du gouvernement fédéral pour relever les défis posés par les niveaux d'immigration actuels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Rihanna choque la communauté chrétienne

    Année 2023 prospère pour les banques cantonales