in

Les écoles du Nouveau-Brunswick disent qu’il faut en faire davantage pour les étudiants internationaux

Les établissements postsecondaires du Nouveau-Brunswick contestent les nouveaux plafonds fédéraux sur le nombre d’étudiants internationaux.

Cela survient malgré l'assouplissement des exigences imposées aux étudiants internationaux par le ministère de l'Immigration en augmentant le nombre de lettres d'attestation que les écoles peuvent leur envoyer à l'appui de leur demande de permis d'études.

L’Université St. Thomas, par exemple, a désormais accès à 314 lettres d’attestation au lieu des 199 qui lui étaient initialement attribuées.

Même si le vice-président associé à la gestion des inscriptions, Ryan Sullivan, salue ce changement, il estime tout de même qu'il est en deçà du nombre d'étudiants que l'université aurait aimé accepter.

L'année dernière, St. Thomas a accepté 330 des 550 candidatures internationales reçues et envisageait d'augmenter encore ce chiffre cette année. Cependant, le nouveau plafond imposé par IRCC sur les permis d'études de premier cycle a mis un terme à ce projet.


En savoir plus

Combien de permis d'études seront délivrés par les provinces canadiennes en 2024?
Le Canada émet 1 280 invitations à Entrée express pour postuler dans le cadre du tirage général
La Colombie-Britannique émet 88 invitations à l'immigration au Canada dans le cadre d'un nouveau tirage du PNP


En janvier, le ministre de l'Immigration, Marc Miller, a annoncé une augmentation des étudiants internationaux pour 2024, comme moyen de stabiliser la croissance du Canada et de réduire le nombre de nouveaux étudiants internationaux venant au pays. Cela, pour Miller, a été un moyen de restaurer « l’intégrité » en érosion du système des étudiants internationaux.

Le plafond de 236 000 permis d'études (42 % de moins que le nombre d'approbations en 2023) découle du nombre de permis expirant cette année (485 000), moins 20 % (soit le pourcentage d'étudiants demandant une prolongation chaque année). et restant dans le pays), moins le volume estimé de certains groupes d'étudiants internationaux (élèves du primaire et du secondaire et étudiants de maîtrise ou de doctorat) par rapport au nombre cible de 2024 de permis d'études approuvés.

Cela a donné lieu à l'attribution d'environ 393 000 demandes de permis d'études, dont 9 279 ont été attribuées au Nouveau-Brunswick. Le nombre prévu d'approbations SP est de 5 567, soit une réduction de 10 % par rapport aux 6 186 approbations de 2023. Cependant, il s'accompagne d'un complément de 5 372, les allocations révisées étant de 14 651 pour la province.

Miller a déclaré que ce chiffre était augmenté pour toute province dont le taux d'approbation est inférieur à 60 pour cent.

Le Nouveau-Brunswick est l'une des quatre provinces, les autres étant le Manitoba, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard, qui connaîtront une baisse de 10 % des approbations de permis d'études cette année par rapport à l'année dernière.


Regarder la vidéo


Pour atteindre le nombre d'approbations prévu pour cette année, un certain nombre de demandes plus élevées seront autorisées, qui devront être accompagnées d'une lettre d'attestation. Le nombre de lettres d'attestation pour chaque établissement d'enseignement désigné (IDD) au Nouveau-Brunswick a été augmenté, le nouveau total étant de 14 651 au lieu de 9 300, selon le ministère de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail.

Tous les établissements d’enseignement désignés de la province reçoivent plus de lettres d’attestation qu’ils n’étaient censés en recevoir au départ. Le nombre total passe de 9 300 à 14 651, a confirmé le ministère de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail.

Les établissements postsecondaires du Nouveau-Brunswick et les représentants provinciaux et fédéraux, selon CBC, ont déclaré que l'augmentation était nécessaire parce qu'un taux relativement faible de candidats souhaitant suivre des programmes du Nouveau-Brunswick obtiennent un permis d'études. C’est pourquoi la province a également reçu un généreux complément d’IRCC.

L'administration des écoles du Nouveau-Brunswick a également critiqué le processus long et fastidieux qui sous-tend l'obtention d'une lettre d'attestation provinciale, certains établissements se demandant s'ils arriveraient même à temps pour une approbation à l'automne.

« À ce stade avancé, nous ne savons pas combien de lettres nous pourrons encore utiliser pour l'automne 2024 compte tenu du temps associé au processus de lettre d'attestation et au processus de demande de permis », a déclaré Pierre Zundel, président-directeur général du Collège communautaire de Nouveau-Brunswick. .

«C'est assez frustrant», d'essayer de savoir combien d'étudiants il faut attendre.»

« Nous ne voulons pas en avoir trop, car nous aurons alors des problèmes de logement, mais nous ne voulons pas en avoir trop peu, car la province manque de main-d'œuvre. »

Les établissements basés dans des pays de destination concurrents, notamment le Royaume-Uni, les États-Unis et l'Australie, ont rapidement profité de l'emprise renforcée du Canada sur les permis d'études en se présentant comme un choix supérieur.

Greg Turner, ministre de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, a déclaré que les taux de conversion sont encore faibles, ce pour quoi Ottawa travaille avec les établissements postsecondaires canadiens.

Une méthode pour y parvenir consiste à exiger que les frais du premier semestre soient payés avant la délivrance des lettres d'attestation, la capacité financière étant un indicateur important de la réussite d'une demande de permis d'études.

Sullivan a déclaré que « nous continuons à exprimer nos préoccupations au gouvernement fédéral en tant que groupe ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Fecafoot : Le gouvernement veut-il pousser Eto’o à démissionner ?

    Les écoles du Nouveau-Brunswick veulent des mesures supplémentaires concernant les politiques relatives aux étudiants internationaux