in

Le Hamas et Israël échangent leurs responsabilités alors que les pourparlers de cessez-le-feu à Gaza se heurtent à un problème

Israël et le Hamas ont échangé des accusations, chacun accusant l'autre d'avoir entravé les négociations sur une trêve à Gaza et un accord sur la libération des otages, même si les discussions se poursuivent.

Alors que l'Iran se prépare à riposter contre Israël avec des centaines de drones et de missiles suite à une récente attaque à Damas, le Hamas a annoncé qu'il avait répondu à la dernière proposition de cessez-le-feu.

Sans rejeter catégoriquement le projet d’accord, le groupe palestinien a réitéré ses exigences en faveur d’un cessez-le-feu permanent et du retrait complet des forces israéliennes de Gaza, une position à laquelle les responsables israéliens se sont toujours opposés.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réaffirmé son intention de lancer une invasion terrestre de Rafah, la dernière ville de Gaza à ne pas encore faire face à une telle action, qu'Israël considère comme le dernier bastion majeur du Hamas.

Netanyahu a carrément accusé le Hamas d’être le principal obstacle à un accord qui garantirait la libération des otages détenus à Gaza.

« Le gouvernement et les forces de sécurité sont unis dans leur opposition à ces demandes infondées », a-t-il déclaré, ajoutant que le Hamas « a refusé tout accord et toute proposition de compromis ».

Dimanche, l'agence de renseignement israélienne Mossad a déclaré dans un communiqué publié par le bureau de Netanyahu que le Hamas avait rejeté la proposition et a déclaré que cela « prouve » que le chef du Hamas Yahya Sinwar « ne veut pas d'accord humanitaire et du retour des otages ».

Sinwar « continue d'exploiter les tensions avec l'Iran », a déclaré le Mossad et vise « une escalade générale dans la région ».

Ces commentaires sont intervenus quelques heures seulement avant que l’Iran ne lance plus de 300 drones et missiles sur Israël, dont la grande majorité ont été interceptés, selon Israël.

Pas à l'arrêt

Le Mossad a déclaré qu'Israël « continuerait à travailler de toutes ses forces pour atteindre les objectifs de la guerre contre le Hamas et mettrait tout en œuvre pour ramener les otages de Gaza ».

Malgré le fossé apparent entre les deux parties, les pourparlers, sous la médiation de l'Égypte, des États-Unis et du Qatar, se poursuivent dans la capitale égyptienne.

« Les négociations ne sont pas au point mort », mais les médiateurs devront retourner à la case départ, estime Hasni Abidi du CERMAM, un groupe de réflexion basé à Genève et spécialisé dans la Méditerranée et le monde arabe.

Un cadre diffusé au Caire prévoit l'arrêt des combats pendant six semaines et prévoit l'échange d'environ 40 otages contre des centaines de prisonniers palestiniens, ainsi que davantage de livraisons d'aide dans la bande de Gaza assiégée.

Une source du Hamas a déclaré à l'Agence France-Presse (AFP) qu'à terme, les étapes ultérieures du cessez-le-feu verraient la libération de tous les otages, le retrait de toutes ses forces israéliennes de Gaza, la levée du siège et la reconstruction du territoire.

Cependant, toutes les tentatives visant à négocier un cessez-le-feu durable au cours de cette guerre qui dure depuis six mois ont échoué.

En novembre, une trêve de sept jours a permis l'échange de 80 otages contre 240 prisonniers palestiniens, ainsi que 25 captifs libérés en dehors du mécanisme de trêve.

Le dernier conflit a éclaté avec l'incursion du Hamas dans le sud d'Israël le 7 octobre, qui a fait environ 1 200 morts.

L'attaque de représailles d'Israël, visant à détruire le Hamas, a tué au moins 33 729 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, selon le ministère de la Santé du territoire contrôlé par le Hamas.

TOPSHOT – Des Palestiniens blessés lors des bombardements israéliens sur le camp de réfugiés de Nuseirat, dans le centre de Gaza, attendent de recevoir des soins médicaux à l'hôpital des martyrs d'Al-Aqsa à Deir el-Balah, Gaza, Palestine, le 13 avril 2024. (Photo AFP)

Le Hamas a également pris environ 250 otages, dont 129 restent à Gaza.

Israël a retiré la plupart de ses troupes de la bande de Gaza à l'occasion du sixième anniversaire de la guerre, ne laissant qu'une seule brigade dans le centre de Gaza tout en continuant à lancer des frappes aériennes et des bombardements.

Netanyahu a réitéré sa détermination à lancer une invasion terrestre de Rafah, où environ 1,5 million de Gazaouis se sont abrités pour fuir la guerre, malgré l'opposition du principal allié d'Israël, les États-Unis.

Il fait également face à une pression croissante de la part du public israélien et des familles des otages, avec des manifestations hebdomadaires massives à Tel Aviv et à Jérusalem exigeant la fin de son gouvernement et le retour des captifs.

Le bulletin d'information quotidien de Sabah

Tenez-vous au courant de ce qui se passe en Turquie, dans sa région et dans le monde.


Vous pouvez vous désabonner à tout moment. En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre politique de confidentialité. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    « ce qui devait arriver arriva », Tracy donne des détails sur sa lune de miel avec Flo

    Oups, la campagne First Omen de Disney PR a tellement effrayé quelqu'un qu'il a appelé les flics