in

Le secteur agricole canadien préoccupé par les suppressions d'emplois temporaires

Le secteur agricole canadien s'inquiète du fait que ses besoins en main-d'œuvre soient satisfaits grâce aux plans du gouvernement fédéral visant à réduire le nombre de travailleurs étrangers temporaires disponibles.

Cela pourrait être très préjudiciable au secteur agricole, en raison de la grande dépendance de l’agriculture canadienne à l’égard des travailleurs étrangers temporaires.

Farmtario a rapporté que Janet Krayden, spécialiste de la main-d'œuvre de l'Association canadienne des producteurs de champignons, a déclaré que la décision de réduire la part des résidents temporaires au Canada à cinq pour cent de la population totale au cours des trois prochaines années est injuste en plaçant les TET dans la même catégorie que étudiants internationaux.

« Ils regroupent l'agriculture primaire, le recours au programme des travailleurs étrangers temporaires et le programme des étudiants internationaux », a déclaré Krayden.

« Il y a donc deux programmes complètement différents. L’un est géré par Immigration Canada, l’autre est géré par le programme des travailleurs étrangers temporaires, (de) EDSC (Emploi et Développement social Canada).


En savoir plus

Le ministre de l'Immigration du Canada veut rendre les résidents temporaires permanents
De combien les fonds de règlement d’Entrée express sont-ils sur le point d’augmenter ?
Le tirage au sort BC PNP invite 73 candidats dans cinq catégories spécialisées


Les règles sur les travailleurs étrangers temporaires annoncées en mars ont apporté des ajustements au nombre de TET, à compter du 1er mai, en vertu desquels certains secteurs n'étaient autorisés à pas plus de 20 pour cent de leur main-d'œuvre composée de TET recrutés via le flux de bas salaires. Il s’agit d’une baisse par rapport aux 30 pour cent enregistrés depuis 2022.

Les travailleurs agricoles n’ont pas été mentionnés dans les changements de règles, qui se sont plutôt concentrés sur la fabrication de produits en bois, la fabrication de meubles, l’hébergement et les services de restauration, ainsi que la fabrication de produits alimentaires.

Cependant, la réduction pouvant atteindre 600 000 TET au cours des trois prochaines années – qui devrait réduire la demande sur l'offre limitée de logements au Canada – aura un impact direct sur les travailleurs agricoles, selon Farmtario.

Selon Kraden, « nous entendons continuellement le programme des travailleurs étrangers temporaires devenir une sorte de bouc émissaire par les ministres et le ministre de l'Immigration, le ministre d'EDSC, ainsi que le premier ministre pour les coûts du logement et l'augmentation des loyers. .»

Un document d'information interne de l'Association canadienne des producteurs de champignons indique que le Canada compte « plus de 807 000 étudiants internationaux titulaires d'un permis qui vivent dans des zones urbaines », citant des données de Statistique Canada. Parallèlement, StatCan évalue à environ 70 000 le nombre total de TET dans le secteur agricole en 2023.

« Il s'agit de zones peu peuplées, où les travailleurs bénéficient soit d'un logement payé par l'employeur qui existe déjà pour la plupart, soit d'un logement confortable », a déclaré Krayden.

« Les personnes autorisées à venir travailler dans les fermes sont toutes sélectionnées pour pourvoir un poste vacant grâce au processus d'évaluation de l'impact sur le marché du travail. »


Regarder la vidéo


« Par rapport aux étudiants internationaux dans les centres urbains, c'est totalement différent. »

Le volet agricole du PTET permet aux employeurs d'embaucher des travailleurs étrangers temporaires (TET) lorsque les Canadiens et les résidents permanents ne sont pas disponibles.

Les exigences en matière de logement dans le cadre du programme stipulent que les employeurs doivent fournir aux TET un logement adéquat, convenable et abordable tel que défini par la Société canadienne d'hypothèques et de logement. Le logement peut être soit à la ferme (par exemple, un dortoir), soit à l'extérieur (par exemple, un établissement commercial).

Les employeurs doivent s'assurer qu'un nombre suffisant de logements sera mis à la disposition de tous les TET par logement approuvé, de la date d'arrivée à la date de départ.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    plein phare sur un panafricaniste qui s’assume.

    Le SLO quitte la Super League sur une victoire