in

Le Canada offrira une voie de citoyenneté aux migrants sans papiers

Le gouvernement fédéral a déclaré qu’il cherchait une voie permettant aux personnes sans statut officiel de rester au Canada, tout en accélérant les procédures d’expulsion.

Cela devrait faire partie de l’annonce d’un projet de loi sur la citoyenneté faite par le ministre de l’Immigration, Marc Miller, le jeudi 23 mai.

« Les gens qui ne sont pas ici régulièrement ont besoin d’être soutenus et pris en charge », a récemment déclaré le premier ministre Justin Trudeau aux journalistes à Winnipeg.

« Il doit y avoir soit une voie vers la régularisation et la citoyenneté, sur laquelle je sais que le ministre (de l’Immigration) travaille. Dans certains cas, nous devons accélérer les procédures d’expulsion.»

L’annonce a été faite par Trudeau à l’école communautaire Elwick à Winnipeg le 17 mai. C’était en réponse aux défenseurs des minorités de genre affirmant que l’absence d’un programme de régularisation pousse les personnes sans statut officiel à être exploitées.

Un migrant sans papiers est une personne qui n’a pas d’autorisation de résider et/ou de travailler au Canada. Certains peuvent avoir prolongé la durée de leur statut temporaire, tandis que d’autres sont peut-être restés au Canada après le rejet d’une demande d’asile.

Il n’existe pas de décompte précis du nombre de ces personnes vivant au Canada, bien que les estimations universitaires se situent entre 20 000 et 500 000 personnes.

En octobre 2023, IRCC a déclaré qu’il continuait d’explorer des options pour régulariser les personnes qui n’ont pas de statut d’immigration et qui ont contribué socialement et économiquement aux communautés du Canada.

Il a également déclaré qu’il valorise son dialogue continu avec les organisations parties prenantes, telles que le Conseil canadien pour les réfugiés et le Réseau pour les droits des migrants, afin de garantir que les voix de ceux qui ont vécu une expérience soient prises en compte.

Auparavant, IRCC a mis en place certaines initiatives de régularisation, comme la politique publique temporaire Guardian Angels. Cette voie de RP a été mise en place pendant la COVID pour les demandeurs d’asile en attente et déboutés qui travaillaient dans le domaine des soins aux patients et pour les membres de leur famille.

À l’heure actuelle, IRCC a en vigueur la politique publique temporaire pour les travailleurs de la construction sans statut dans la région du Grand Toronto. Cette politique reconnaît la contribution économique des travailleurs du secteur de la construction tout en s’attaquant aux vulnérabilités associées à leur manque de statut.

Au 31 août 2023, 1 029 personnes avaient été admises, dont 441 demandeurs principaux et 588 personnes à charge.

Fin 2021, le gouvernement libéral s’est engagé à « explorer des moyens de régulariser le statut des travailleurs sans papiers qui contribuent aux communautés canadiennes ». Cependant, aucun délai n’a été fixé pour la prise d’effet de cette mesure.

Le bureau du ministre de l’Immigration, selon CityNews, a déclaré vendredi qu’il était sur le point de présenter une proposition au collègue ministre de Miller avant la levée du Parlement pour ses vacances d’été en juin.

« Il y a un équilibre à trouver pour garantir l’intégrité de notre système d’immigration », a déclaré Trudeau.

«C’est l’une des raisons pour lesquelles les Canadiens, contrairement à tant d’autres pays dans le monde, continuent d’être positifs à l’égard de l’immigration – parce que notre système d’immigration est rigoureux.»

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Dernière heure : La chambre de conciliation et d’arbitrage suspend les nominations du staff des Lions Indomptables par Samuel Eto’o.

    Djokovic: "Je ne me vois pas comme un favori" à Paris