in

Cameroun : Voici comment Samuel eto’o a perdu sa bataille contre l’Etat 24h chrono

D’emblée, contrairement à ce qui circule, le staff des Lions indomptables nommé par l’Etat du Cameroun n’a connu aucune modification. Toute modification du Staff ne peut que respecter les formes connues, liées à la convention de 2015.

Si l’initiative était de l’Etat, le ministère des Sports ferait une « proposition » pour des nominations à des postes précis, à l’attention de la Très Haute Hiérarchie, laquelle via le SGPR lui retournerait le Très Haut accord de la présidence de la République. Si l’initiative venait de la Fecafoot – et à supposer même que dans les conditions actuelles les deux parties se seraient entendues – les propositions feraient d’abord un tour au Minsep pour l’avis obligatoire ne serait-ce que pour remplir les formes légales. Il n’y a rien des deux démarches.

L’Etat n’a fait aucune concession à Samuel Eto’o, conscient que tout recule, d’un centimètre fusse t-il, consacrerait la victoire de ce dernier et ragaillardirait ses partisans dont certains, à l’image de ce douanier, font feu de tout bois ici et là, sapant au passage l’autorité de l’Etat dans un environnement de fin de règne.

Tout s’est en réalité joué le 29 mai 2024. Le ministre des Sports, Narcisse KOMBI MOUELLE convoque une réunion à son ministère. Samuel ETO’O n’y va pas et se fait représenter. Sauf qu’en début soirée, il est convoqué par Délégué général à la Sûreté nationale (DGSN). Mbarga Nguele qu’il connaît bien lui propose deux alternatives sur la table: ou arrêter son cinéma ou être confronté à la toute puissance de l’Etat. L’entretien ne s’est pas bien déroulé; le patron de la police reprochant à Eto’o d’avoir créé un incident diplomatique avec la Belgique et d’avoir « jeté » dehors un Haut fonctionnaire de l’Etat en mission en la personne de Cyrille Tollo, Conseiller technique au Minsep.

Toujours dans la nuit du 29 mai, Eto’o a échangé avec un proche à la PRC qui lui a dit que la « situation est très mauvaise pour toi mon petit-frère », mise en garde qui en rajoutait à un rouleau compresseur qui écrasait déjà de son poids quelques collaborateurs fraîchement nommés dans son « staff ». L’un et l’autre parachutés dans des coins perdus de la République… Le même soir il est reçu à la présidence de la République en même temps que le ministre des Sports. L’ambiance est lourde. L’Etat sort les muscles. Devant lui un important dossier comportant toutes ses frasques y compris les auditions des joueurs. Samuel ETO’O s’excuse. Mais. Ça ne suffit pas. Il est sommé de mettre en application les nominations du chef de l’Etat.

Le 30 mai 2024 au matin, encore sous l’effet de la douche froide du DGSN de la veille et de la réunion catastrophique à la présidence de la République, Eto’o décide de convoquer Brys et ses deux assistants pour faire « la paix » et rassurer l’Etat. Il veut également sauver la face pour se ménager une sortie honorable. Ses partisans croient en sa toute puissance et il faut leur servir quelque chose. Mais c’est sans compter sur la malchance.

Sauf que MARC BRYS et ses adjoints sont convoqués pour 11h. Or à cette heure ils sont attendus à l’ambassade de Belgique où ils doivent être entendus par l’ambassadeur sur les événements survenus lundi à la FECAFOOT. Dans un premier temps ils ne veulent pas se rendre à la FECAFOOT. Sauf qu’en compagnie de Cyrille Tollo, conseiller technique au ministère des Sports, ils sont ilviites à y aller. L’Etat a connaissance d’avoir déjà trouvé la solution il s’y rend.

Mais au moment où se joue ces épisodes, Pagou, entraîneur adjoint, abandonne le bateau très tôt, il était en pourparlers avec le Minsep depuis quelques jours mais à trop attendre, le couperet s’est abattu sur sa tête. NTOUNGOU Mpile , lui, est quasiment en résidence surveillée. Il ne peut sortir de chez lui. Il a encore l’énergie de la résistance, mais les arguments du Premier ministre Dion Ngute qui lui parle en Homme d’Etat auront raison de lui. Il rédige une Attestation qui vaut démission. Eto’o est dépouillé, malgré lui, de deux atouts dans sa résistance et c’est en homme abattu qu’il reçoit Brys. Il lui présente des excuses… pour apaiser aussi les tensions diplomatiques. Mais également freiner la machine de l’Etat qu’il sait enclenchée.

C’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour le président de la Fecafoot. Celle où sa toute puissance est désormais relative; celle où l’Etat qu’il a défié en mondovision avec l’appui du DCC adjoint Osvalde Baboke l’a désormais à l’œil; celle où l’argent des équipes nationale sera de plus en plus rare. Celle où il a à dos ses anciens alliés au premier rang desquels le secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh.

BORIS BERTOLT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    WhatsApp cessera de fonctionner sur certains smartphones à compter du 1er juin

    Samuel Eto’o sur le point d’être limogé de la tête de la FECAFOOT : Fin de règne pour le président controversé ?