People

Pendu, père de famille: le film de la Berlinale sonde les limites du libre arbitre

BERLIN (Reuters) – Heshmat est un père aimant et un mari de soutien qui ravit les enfants locaux en sauvant un chat pris au piège – mais aussi l'homme qui actionne la trappe à travers laquelle une rangée de condamnés plongent de l'échafaud jusqu'à leur mort.

Les acteurs Mohammad Valizadegan, Shaghayegh Shourian, Baran Rasoulof, Jila Shahi, Mahtab Servati et Mohammad Seddighimehr posent à leur arrivée pour la projection du film "Il n'y a pas de mal" pendant le 70e Festival International du Film de Berlin à Berlin, Allemagne, le 28 février 2020 REUTERS / Michele Tantussi

Et même si ses yeux trahissent parfois un regard hanté, son compromis avec le régime iranien fait de lui le plus content des quatre personnages principaux de "Il n'y a pas de mal" de Mahammad Rasoulof, présenté en avant-première vendredi au Festival du film de Berlin.

Le film, tourné en secret parce qu'il est interdit au réalisateur dissident de faire des films dans son pays d'origine, explore les dilemmes éthiques que la peine de mort impose aux hommes, aux femmes et à leurs enfants, incitant le spectateur à réfléchir sur les limites du libre arbitre – et non juste dans les sociétés autoritaires.

"J'ai souvent demandé ce que c'était de dire" non "à un régime autoritaire", a déclaré Rasoulof dans une interview vidéo publiée sur le site Internet du festival.

Son passeport a été confisqué et il lui est interdit de quitter le pays.

Trois autres protagonistes, chacun la star d'une fable morale différente, font tous des choix différents face à l'ordre de tuer, certains plus courageux que d'autres, mais chaque choix impose des coûts pour eux et leurs proches.

La fille de Rasoulof, Baran, incarne une jeune femme qui a grandi en Allemagne lors de sa première visite chez des parents en Iran, qu’elle exaspère avec sa conviction aveugle que vouloir quelque chose le rend possible.

Né en Iran, Rasoulof a été accusé de faire de la propagande après son retour du Festival de Cannes 2017, où son "Un homme intègre" a remporté un prix.

La mise en scène trahit le secret du tournage: les événements se déroulent soit dans des espaces clos et sombres loin des regards indiscrets, soit dans des paysages luxuriants et reculés.

Rasoulof a déclaré que chacun des dilemmes moraux était tiré de l'expérience: dans le cas de Heshmat, joué par Ehsan Mirhosseini, il avait vu son ancien interrogateur de prison dans la rue et avait réalisé à quel point il était ordinaire – «simplement une personne qui n'avait pas remis en question son propre Actions."

Le producteur Kaveh Farnam a déclaré que les leçons du film allaient au-delà de l'Iran.

"Il s'agit de remettre en question des choses dans votre vie que vous ne voulez pas faire", a-t-il déclaré. «Pour le nombre croissant de personnes qui vivent dans des pays dictatoriaux, il est beaucoup plus difficile de faire un tel choix: mais néanmoins chaque jour, chaque minute, nous devons faire des choix, que nous disions« oui »ou« non ».»

L'équipage avait lui-même fait de tels choix, a-t-il déclaré à Reuters.

"Je suis trop inquiet pour les jeunes qui ont vraiment fait ce film", a-t-il déclaré. «Le monde devrait connaître le courage de ces personnes.»

Rapport de Thomas Escritt; édité par John Stonestreet

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Comments

0 comments

Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.

Send this to a friend