La SNCF fait circuler un train télécommandé

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
56487dc2afdab3e1c6834dfb1bbc2e7907d5c331

La SNCF a indiqué mercredi avoir fait circuler un train commandé à distance dans la région parisienne, une « étape majeure » selon elle dans la mise au point de trains autonomes.

Ce « train drone », comportant une voiture Corail transformée en laboratoire et un wagon plat entourés de deux locomotives de manœuvres, a circulé en avril sur 4 km entre Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) et Juvisy (Essonne). Il était commandé depuis un poste de commande situé à Vigneux-sur-Seine (Essonne), à quelques kilomètres de là.

« Cette expérimentation réussie a permis de démontrer la faisabilité technique de la téléconduite sur rail », s’est félicitée la SNCF dans un communiqué.

Lors du test, des caméras installées sur la locomotive ont permis au conducteur à distance d’assurer à distance les commandes de freinage et d’accélération. Les données ont été transmises par satellite et par un réseau cellulaire privé LTE équivalent à de la 4G, a-t-elle décrit.

La télécommande de trains doit notamment permettre de prendre le contrôle d’un futur train autonome à distance en cas de situation dégradée, de faciliter les manœuvres et d’assurer des dessertes fines pour les trains de marchandises.

« C’est une grande première pour le système ferroviaire. Cette expérimentation réussie est une étape fondamentale dans la réalisation du train de demain », a applaudi Luc Laroche, le directeur du projet à la SNCF.

Des prototypes de train de fret et de TER totalement automatisés devraient être fonctionnels, sans conducteur à bord, en 2023, avant un déploiement à partir de 2025.

Si elle n’envisage pas dans l’immédiat de faire rouler des trains de voyageurs commerciaux sans conducteur, la SNCF voit des « bénéfices concrets » à l’automatisation des trains: une meilleure régularité avec « une circulation harmonisée et une vitesse optimisée » permettant de faire rouler davantage de convois et « de mieux faire face aux imprévus », ainsi qu’une diminution de la consommation d’énergie.

L’expérience a été menée par la SNCF en collaboration avec Railenium, un institut de recherche technologique de la filière ferroviaire basé à Valenciennes (Nord), le fabricant de systèmes électroniques Actia et le Centre national d’études spatiales (Cnes) et le groupe technologique Thales.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus