Equitation: les chevaux mis à l’épreuve lors du Longines Masters à Villepinte

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Rendez-vous international très prisé des meilleurs cavaliers du monde, auxquels se mêlent quelques personnalités comme Guillaume Canet, le Longines Masters de Paris d’équitation débute jeudi à Villepinte pour quatre jours de compétitions qui pourraient être perturbés par les appels à la grève contre la réforme des retraites.A moins d’un an des Jeux olympiques de Tokyo, tous les plus grands spécialistes du saut d’obstacles ont choisi de venir se confronter au Masters, organisé de concert avec le Salon du cheval.Les champions olympiques suisse Steve Guerdat (JO-2012), brésilien Rodrigo Pessoa (JO-2004), canadien Eric Lamaze (JO-2008) mais aussi les quatre stars françaises de la médaille d’or aux Jeux de Rio en 2016 (Pénélope Leprévost, Kevin Staut, Roger-Yves Bost, Philippe Rozier) ont fait le déplacement sur le site du Parc des expositions de Paris Nord Villepinte.Les moments forts interviendront vendredi soir avec une Riders Masters Cup – opposant une sélection Europe à une sélection Amériques et dotée de 200.000 euros de prix -, un concours de vitesse samedi soir et un Grand Prix cinq étoiles dimanche après-midi comptant pour le classement mondial et richement doté (300.000 euros).- Fête perturbée ? -La fête, à laquelle se joindra notamment l’acteur Guillaume Canet engagé sur des épreuves, s’annonce belle à moins que les appels à la grève bloquent les visiteurs dans leur déplacement. »On prévoit des navettes. On doit vivre avec notre époque. Je ne veux pas qu’on se laisse influencer par ça », assure à l’AFP le fondateur du Longines Masters, le Belge Christophe Ameeuw. »Je ne peux pas faire marche arrière, je ne peux pas, ce n’est pas possible », glisse-t-il également.Du côté du Salon du Cheval, avec lequel le Masters se déroule, le discours est le même. »Je ne peux pas faire marche arrière, la voiture est lancée et je ne peux pas l’arrêter avant le mur. J’espère que le choc sera le moins violent possible », dit à l’AFP Jean-Luc Poulain, président du Salon du cheval, qui espère que le public réussira à venir par la route. »On fait un effort sur l’adaptation des horaires, on ouvre avant et on ferme plus tard vendredi, samedi et dimanche », indique Jean-Luc Poulain, qui propose certains parkings gratuits et des opérations favorisant le co-voiturage.Le Longines Masters et le Salon du cheval attirent « 150.000 visiteurs si tout va bien, 110.000 visiteurs, c’est la fourchette basse », selon Poulain qui a organisé onze éditions dont sept ont été impactées par divers événements (grèves, gilets jaunes, Cop21, intempéries).

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus