Il a été annoncé comme l'une des premières fortifications de Québec, mais était-ce?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

MONTRÉAL –
Il a été annoncé en 2018 comme une découverte historique majeure: un segment de 15 mètres d'une palissade en bois, construit en 1693 par les troupes et les colons français pour se protéger contre les attaques de groupes britanniques et autochtones.

Mais maintenant, c'est le sujet d'un débat académique après qu'un expert a suggéré que la structure considérée comme faisant partie de l'une des premières fortifications de Québec n'est pas aussi vieille qu'on le croyait à l'origine.

Martin Simard, un expert en datation d'arbres qui travaille à l'Université Laval, a été invité à analyser deux fragments de bois au laboratoire de l'école.

Simard a expliqué dans une interview que le climat et les conditions de croissance de chaque année produisent des anneaux de croissance distinctifs avec des tailles et des caractéristiques distinctes. Dans une méthode connue sous le nom de dendrochronologie, les coupes transversales de ces anneaux peuvent être comparées à des arbres vivants dont l'âge est connu pour déterminer l'année exacte de la formation des anneaux, a-t-il déclaré.

Dans le cas des morceaux de bois en question, Simard dit que les données sont claires: un arbre a été abattu en 1751, et l'autre en 1775 ou plus tard.

Simard soutient qu'il n'est pas un historien ou un archéologue, et n'a aucune envie d'entrer dans un débat sur ce que signifient ses conclusions. Mais il dit que même si parfois la datation des arbres peut ne pas être concluante, dans ce cas, les résultats sont "clairs hors de tout doute raisonnable".

"Je peux seulement dire que les pièces que j'ai reçues à ce jour n'ont pas été coupées en 1693", a-t-il déclaré. "Il est clair qu'ils n'auraient pas pu être utilisés pour construire quelque chose en 1693."

Les archéologues ont fait la découverte en 2018 en creusant dans la boue sur le site d'un futur développement de condos sur la rue Ste-Ursule, à l'intérieur des murs de la vieille ville.

L'annonce de la découverte a été une grande nouvelle dans la capitale provinciale, le premier ministre du Québec, François Legault, la décrivant comme un rappel inspirant des origines de la nation québécoise.

Jean-Yves Pintal, qui a mené la fouille au nom de la firme Ruralys, a déclaré à l'époque que la palissade était symboliquement importante car elle représentait une sorte de passage à l'âge adulte pour la ville naissante – la première fois que la France avait jugé son nouvelle colonie digne d'une réelle protection.

Dans un rapport soumis au ministère de la Culture du Québec le mois dernier, Ruralys a inclus l'étude de datation des arbres mais a conclu que la totalité des preuves, y compris la datation au carbone, indiquent une structure militaire de la fin du XVIIe siècle.

Dominique Lalande, le directeur de la firme, a déclaré qu'il n'y a "aucun doute possible" que ce qu'ils ont trouvé est la fortification d'origine, connue sous le nom de palissade de Beaucours.

Les preuves à l'appui comprennent l'analyse du sol et les artefacts trouvés sur le site – y compris un morceau de sabre, une balle de mousquet et une boucle de chaussure probablement produite en 1693.

L'emplacement de la découverte et les techniques de construction correspondent à ceux des descriptions historiques et des cartes de l'époque. La datation au carbone a placé les artefacts quelque part au 17ème siècle, a déclaré Lalande.

"Ce n'est pas seulement une analyse spécialisée qui annule complètement toutes les données archéologiques", a-t-elle déclaré lors d'un entretien téléphonique, ajoutant que les désaccords entre spécialistes ne sont pas rares et "aucune raison de paniquer".

Dans un communiqué, le ministère de la Culture du Québec a déclaré avoir accepté le rapport produit par Ruralys et le juger satisfaisant.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 21 janvier 2019

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus