in

Critiques de films: «The Rhythm Section» se sent comme la victime d'une réduction impitoyable

LA SECTION RYTHME: 1 ÉTOILE

Imaginez-vous en train d’apprendre que le crash de l’avion qui a coûté la vie à votre famille n’était pas un accident mais une attaque terroriste dissimulée. Vous seriez en colère et peut-être avide de vengeance, mais peu iraient aussi loin que Stephanie Patrick (Blake Lively) de «The Rhythm Section» dans sa recherche de justice.

«Je vais trouver les gens qui ont fait ça», dit-elle. "Je vais en tuer tous les derniers."

Comme tant de personnes touchées par une tragédie inimaginable, Patrick se tourne vers la drogue et l'alcool pour émousser la source d'émotions qui mijote et qui semble toujours prête à bouillonner. Au cours des trois années qui ont suivi le décès de sa famille dans un accident d'avion, elle a été poussée au bord du gouffre, découragée, menant une vie de culpabilité de survivante – elle était censée être dans l'avion – et de rage.

«Je n'ai plus rien», dit-elle.

Quand un journaliste lui dit que l'accident était en fait un cas de terrorisme et non une défaillance mécanique ou un cas de force majeure, elle se met en action, se transformant de bas en haut pour les assommer; partie La Femme Nikita, partie Lisbeth Salander.

«Je meurs depuis trois ans», dit-elle à l'une de ses victimes. "Pour vous, cela ne prendra que quelques minutes."

Les drames de vengeance devraient être rapides. Ils devraient amener le spectateur dans l'histoire, leur donner une raison de se soucier de la vengeance mais surtout ils devraient être satisfaisants. Chaque acte de rétribution devrait donner à nos côtés sombres une secousse électrisante.

Malheureusement, "The Rhythm Section" manque chacun de ces battements. Le script passe-partout combiné à un rythme détendu et à des rebondissements et des virages prévisibles sont agrémentés d'un éclat de film indépendant, mais il n'y a pas grand-chose ici au-delà de théâtres portables et de lieux exotiques.

Lively jette la vanité par la fenêtre, tirant le meilleur parti d'un personnage souscrit. Contrairement à de nombreux autres films de ce genre, elle n'est pas une super espionne instantanée. Elle est nerveuse, aux prises avec le travail de vengeance, ce qui, si nous nous soucions de ce qui se passait à l'écran, aurait pu être une belle tournure sur le genre insta-spy habituel.

Malgré tout son style, «The Rhythm Section» se sent comme la victime d'une réduction impitoyable. L'histoire est tronquée sans suffisamment d'informations pour s'investir dans les personnages. Un aperçu ou deux de la vie de Stéphanie avant l'écrasement de l'avion – les flash-back o-so-brefs ne comptent pas – auraient approfondi notre connexion avec elle et sa douleur si tard, lorsque les choses deviendront difficiles, nous ferions encore attention.

GRETEL & HANSEL: 2 ½ ÉTOILES

Gretel & Hansel

Pendant des générations, les parents ont utilisé le conte populaire allemand «Hansel et Gretel» pour endormir les enfants. L'histoire de deux enfants abandonnés par leur père et leur belle-mère dans la forêt a toujours eu un côté effrayant, mais «Gretel et Hansel», une nouvelle et sombre réimagination avec «It: Chapter Two's» Sophia Lillis, laisserait probablement des enfants avec de graves problèmes d'abandon si surveillé avant de se coucher.

Dans un passé lointain, lorsque nous rencontrons pour la première fois les personnages du titre – Gretel (Lillis), seize ans, et son jeune frère Hensel (Samuel Leakey) – un manque d'argent et la folie de leur mère les voient envoyés dans un sombre conte de fées pour se débrouiller par eux-mêmes.

Aux sons inquiétants de la bande originale du musicien pop / rock français Robin «Rob» Coudert, le duo fait son chemin, cherchant de la nourriture, désespérément à l'abri. Ils rencontrent The Huntsman (Charles Babalola) qui les met en garde de ne pas parler aux loups – "Ils sont charmants et beaux mais dangereux!" – mais ne juge pas bon de les mettre en garde contre la consommation des champignons hallucinogènes que les deux enfants affamés trouvent sous un arbre. Un esprit en pleine expansion plus tard, ils tombent sur une maison. En regardant par la fenêtre, ils voient une table à manger chargée de nourriture. Invités par les personnes âgées Holda (Alice Krige) pour manger et se reposer, ils concluent un accord pour échanger des corvées à louer. Holda est d'accord, mais bientôt Gretel fait des cauchemars.

"Sont-ils le résultat d'une nourriture trop riche", se demande-t-elle, "ou sont-ils un avertissement?"

Il semble qu'il y ait plus à Holda que Gretel et Hansel ne l'avaient pensé. «Nous sommes faits de la même matière», explique Holda à Gretel. "La même saleté."

L'histoire est certainement basée sur l'histoire des frères Grimm d'une sorcière cannibale, mais le scénariste Rob Hayes enrichit l'histoire avec des allusions «Star Wars» – Gretel embrassera-t-elle son côté obscur? – et fait des choses avec des entrailles que même les frères Grimm le jour le plus sombre n'oserait pas inclure dans une de leurs histoires. Le résultat est un film lourd d'atmosphère et de malaise mais léger de véritables peurs. Des personnages ténébreux apparaissent et disparaissent, offrant des visuels effrayants et une peur de saut occasionnelle, mais les moments qui font que les cheveux se dressent à l'arrière de votre cou sont absents.

Au lieu de cela, le réalisateur Osgood Perkins (fils de la star de "Psycho" Anthony Perkins) souligne le côté humain intense de l'horreur, la perte d'un parent, l'abandon et les décisions que Gretel doit prendre pour assurer la sécurité de son frère pendant son passage à l'âge adulte. Le sentiment de peur est primordial, enraciné dans les sentiments complexes des adolescents à l'égard d'une personne forcée de grandir trop rapidement.

"Gretel & Hansel" est plus sorcier que toute autre version de l'histoire et a des moments vraiment effrayants mais vient juste de faire une impression durable.

ROSIE: 4 ÉTOILES

Roddy Doyle est surtout connu pour avoir écrit «The Commitments», une comédie dramatique avec une partition de frappe aux orteils. Son nouveau film, "Rosie", est un film très différent. Cela ne fera pas fredonner «Mustang Sally» à la sortie du théâtre, mais devrait inspirer la conversation sur le sans-abrisme.

Sarah Greene est Rosie, mère de quatre enfants, partenaire du cuisinier de restaurant John Paul (Moe Dunford). L'heureuse famille du nord de Dublin vivait dans une maison louée jusqu'à ce que le propriétaire vende la maison, les laissant bloqués. Marquant d'un hôtel à un autre, ils recherchent désespérément un nouvel hébergement tout en essayant de camoufler leur situation auprès de la famille, des amis et des enseignants de leurs enfants. Augmentation des loyers et de la bienveillance, mais la bureaucratie d'assistance kafkaïenne laisse cette famille sur le point de devoir vivre dans sa voiture.

«Rosie» est un récit édifiant. Un regard granuleux, empathique et opportun sur les défis auxquels les familles sont confrontées lorsque la vie prend un virage à gauche inattendu. Le scénario de Doyle (son premier scénario original en plus de 18 ans) ne sensationnalise jamais la situation ni ne demande de la pitié, il présente simplement avec compassion l’histoire de malheur d’une famille.

Les antécédents du réalisateur Paddy Breathnach dans le film documentaire confèrent à «Rosie» une sensation néo-réaliste qui offre un portrait de près et personnel d'un désespoir croissant. Les prises de vue longues et intimes apportent un sentiment ininterrompu de la tragédie qui affecte la famille, un sentiment qui se développe tout au long des 85 minutes de film. De plus, ce n'est certainement pas un film de bien-être. Doyle et Breathnach n'offrent pas de réponses faciles au sort de Rosie, juste un drame naturaliste pur avec une conscience sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Olivier Giroud reste à Chelsea après les liens avec l'Inter et la Lazio

    La bouche de cette femme continue de pousser les cheveux