Irons se défend contre les critiques de son rôle à la Berlinale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

BERLIN (Reuters) – L'acteur Jeremy Irons a déclaré jeudi qu'il soutenait pleinement le mariage homosexuel et le mouvement pour les droits des femmes alors qu'il cherchait à dissiper les critiques concernant son rôle de président du jury du prix du festival du film de Berlin.

Le président du jury, l'acteur Jeremy Irons, assiste à une conférence de presse à la suite d'un appel photo lors du 70e Festival international du film de Berlin à Berlin, Allemagne, le 20 février 2020. REUTERS / Michele Tantussi

Le choix de l'acteur britannique à la tête du panel a été critiqué dans les journaux allemands et la presse cinématographique, qui ont souligné les commentaires antérieurs qui lui étaient attribués sur le mariage gay, les contacts inappropriés avec les femmes et l'avortement.

Un critique a noté qu'il aurait suffi "de mettre les mots Jeremy Irons et Me Too" dans un moteur de recherche pour établir son caractère inapproprié.

"Je voudrais – non pas en tant que président du jury, mais à titre personnel – répondre à divers commentaires que j'aurais fait dans le passé et qui ont refait surface dans certaines sections de la presse au cours des dernières semaines", a-t-il déclaré.

"J'aurais aimé ne pas avoir à prendre de temps avec ça, mais je ne veux pas que cela continue de distraire la Berlinale."

Conçue au lendemain de la Seconde Guerre mondiale dans une ville divisée en première ligne de la guerre froide, la Berlinale est considérée comme la plus ouvertement politique des grands festivals de cinéma, mettant en avant des films qui défendent des causes progressistes.

"Je soutiens sans réserve le mouvement mondial pour lutter contre l'inégalité des droits des femmes", a déclaré Irons lors de la conférence de presse d'ouverture de la 70e Berlinale, ajoutant qu'il soutenait également le mariage homosexuel et le droit des femmes à l'avortement.

«Ces trois droits de l'homme sont, je crois, des étapes essentielles vers une société civilisée et humaine, pour laquelle nous devons tous continuer à œuvrer.»

Il a déclaré: «J'espère que certains des films que nous regarderons régleront ces problèmes.»

Le festival débutera jeudi avec "Mon année Salinger" du réalisateur canadien Philippe Falardeau, dans lequel Margaret Qualley joue aux côtés de Sigourney Weaver en tant que jeune femme ambitieuse désireuse de se forger une carrière d'écrivain dans les années 1990 à New York.

Au total, 18 films sont en compétition pour le prix de l'Ours d'or choisi par le jury d'Irons.

Reportage par Thomas Escritt et Tara Oakes; Montage par Alison Williams

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available