L'armée irakienne dit que 2 roquettes ont touché la zone verte de Bagdad

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

BAGHDAD –
Jeudi, l'armée irakienne a déclaré qu'au moins deux roquettes ont frappé l'intérieur de la zone verte fortement fortifiée de Bagdad, siège du gouvernement irakien et siège de l'ambassade des États-Unis, lors de la première attaque après une brève accalmie de violence au début du mois.

Les deux projectiles ont frappé près du Commandement des opérations de Bagdad, qui coordonne la police et les forces militaires irakiennes, selon le communiqué militaire. Le centre de commandement est à quelques centaines de mètres de l'ambassade américaine, qui est régulièrement la cible d'attaques à la roquette.

Il n'y a pas eu de victime, a déclaré un responsable de la sécurité irakien qui a parlé sous couvert d'anonymat conformément à la réglementation.

L'attaque s'est produite alors qu'un couvre-feu imposé par l'État pour contenir la propagation du nouveau coronavirus s'est poursuivi pendant une deuxième semaine. Le verrouillage effectif a interdit les grands rassemblements publics et fermé toutes les entreprises, sauf essentielles, telles que les pharmacies et les supermarchés.

Le communiqué indique que les roquettes ont été lancées depuis la zone d'al-Nahda à Bagdad.

Il s'agissait de la dernière attaque à la roquette contre la zone verte depuis que trois roquettes ont touché une zone près de l'ambassade mardi dernier. Cette attaque était la quatrième à viser les intérêts américains en Irak en l'espace d'une semaine après les attaques contre le camp d'entraînement de Basmaya et deux attaques distinctes contre le camp Taji. Les deux bases sont proches de la capitale irakienne.

La première attaque contre le camp Taji a tué trois militaires de la coalition, dont deux américains. Cela a déclenché des frappes aériennes américaines contre ce que les autorités américaines ont déclaré être principalement des installations d'armes appartenant au Kataib Hezbollah, le groupe de milices irakiennes soutenu par l'Iran, soupçonné d'être responsable de l'attaque.

Cependant, l'armée irakienne a déclaré que ces frappes aériennes avaient tué cinq membres des forces de sécurité et un civil, tout en blessant cinq combattants des Forces de mobilisation populaire, une organisation faîtière comprenant un éventail de milices irakiennes, dont certains groupes soutenus par l'Iran.

Les milices irakiennes soutenues par l'Iran ont juré de se venger des attaques.

Les attaques surviennent alors que la coalition dirigée par les États-Unis a annoncé son intention de retirer sa présence des bases à travers l'Irak et de se consolider à Bagdad et à Ain al-Asad dans l'ouest de l'Irak. Le plan était en préparation depuis la fin de l'année dernière, a déclaré la semaine dernière un haut responsable militaire de la coalition, sous couvert d'anonymat, conformément à la réglementation.

Des troupes se sont déjà retirées d'Al-Qaim, à la frontière avec la Syrie.

La France a déclaré mercredi qu'elle retirerait ses forces militaires d'Irak, citant la nécessité pour les forces françaises d'aider à combattre le nouveau coronavirus chez elles.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus