échos d’une France confinée, 42e jour

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La vie chacun chez soi: du cimetière du Père Lachaise à Nantes, échos d’une France sous cloche lundi, au 42e jour du confinement.

. Les renards du Père Lachaise

Le conservateur du Père-Lachaise a photographié des renardeaux en plein coeur du célèbre cimetière parisien, fermé depuis le 16 mars sauf aux convois funéraires. Les clichés ont été diffusés sur Twitter par l’adjointe aux espaces verts de la mairie de Paris, Pénélope Komites.

Ce cimetière, crée en 1804, s’étend sur 43 hectares, ce qui en fait le plus grand espace vert intra-muros de la capitale, peuplé de plus de 4.000 arbres, selon la mairie. C’est aussi habituellement l’un des sites les plus visités de Paris.

. Fromage et fraises pour les Ehpad

Le conseil départemental de l’Isère a décidé d’offrir mille paniers garnis aux employés des 160 établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et « résidences autonomie » de son territoire.

Les paquets contenaient des produits locaux comme « de la farine, des fromages de chèvre, des yaourts nature, du Saint-Marcellin, des fraises et de la quiche au bleu du Vercors-Sassenage ». Coût total: près de 14.000 euros, « en totalité reversés aux agriculteurs et aux artisans », assure la collectivité.

. Une fois de trop

Un mineur marocain de 16 ans a été interpellé dans le centre-ville de Nantes et placé en garde à vue dimanche alors qu’il ne possédait aucune attestation pour la onzième fois, selon une source policière.

« Il reconnaissait les faits, déclarant qu’il lui était difficile de remplir la dite attestation vu qu’il ne parlait pas le français et qu’il ne supportait pas de rester une journée entière confiné dans son squat », a indiqué cette source.

Il devait être déféré devant le parquet des mineurs lundi matin.

. Filmer son confinement

Depuis fin mars, les habitants de la Seine-Saint-Denis sont invités à laisser s’exprimer leur fibre artistique à travers des films courts. Objectif: raconter cette période de confinement à sa manière, en filmant son quotidien ou en laissant libre cours à son imagination, avec une caméra ou un téléphone portable.

Les films doivent durer trois minutes maximum et être tournés dans le respect des règles de confinement et de limitation des déplacements. Après sélection, ils sont diffusés sur une plateforme de vidéos en ligne.

burs-alv-al/epe/fmp

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available