Lutter contre la «responsabilité personnelle» de la traite des êtres humains: la star de country Paul Brandt

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

CALGARY –
Paul Brandt dit qu’il savait qu’il consacrerait sa vie à la lutte contre la traite des êtres humains quand, il y a plusieurs années, il a regardé dans les yeux une fillette cambodgienne de cinq ans qui était vendue pour relations sexuelles entre six et huit fois par nuit.

«Tout ce que je pouvais voir, c’était mes enfants», a déclaré le chanteur country né à Calgary dans une interview après avoir été choisi la semaine dernière pour diriger le nouveau comité de l’Alberta contre la traite des êtres humains.

Il a dit qu’il voulait pouvoir dire à son fils et à sa fille qu’il avait fait quelque chose à ce sujet.

«J’ai ressenti un réel sentiment de responsabilité personnelle.»

Brandt est rentré du voyage en Asie du Sud-Est, qui avait été organisé par un groupe anti-traite, et a entrepris de s’instruire. Il a appris que le crime est l’une des plus dynamiques au Canada et il a depuis rencontré de jeunes survivants nés ici et exploités ici.

En 2017, Brandt et son épouse, Liz, ont fondé Not in My City, une organisation destinée à sensibiliser et à rassembler des groupes déjà engagés dans la lutte contre le commerce humain. Il s’est associé aux forces de police et aux aéroports.

Il dit que son épouse de 23 ans a été un bon contrepoids dans leur travail de plaidoyer.

«Elle est très binaire dans son approche et peut être parfois non émotionnelle et je la taquine à ce sujet», dit-il. « Et puis elle me taquine sur la façon dont je pleure à la baisse d’un chapeau et je suis ce poète sensible. »

Les Brandts vivent dans les contreforts des montagnes Rocheuses à l’ouest de Calgary avec leur fils Joseph, 12 ans, et leur fille Lily, 9 ans.

L’homme de 47 ans admet que la traite des êtres humains est un sujet inconfortable et il a souvent l’impression de lancer une «grenade informative» lors des allocutions.

Mais le crime prospère dans l’obscurité, dit-il, et le sentiment de piqûre dans l’estomac qui donne envie aux gens de détourner le regard est exactement ce que veulent les trafiquants.

Brandt était infirmier autorisé à l’Hôpital pour enfants de l’Alberta à Calgary avant de sortir son premier album «Calm Before the Storm» en 1996. Il est ensuite devenu l’artiste country masculin canadien le plus primé.

Il a déclaré que son expérience avec des enfants vulnérables, qu’ils soient traités pour un cancer ou des blessures dues à des abus, l’a aidé à se préparer au bilan émotionnel de son travail de plaidoyer.

Les soins infirmiers ont également câblé son cerveau pour être agile, car les traitements et les pratiques de soins sont en constante évolution. «Lorsque vous devenez infirmière autorisée, vous apprenez à apprendre.»

Bonnie Johnston était directrice de l’hôpital pour enfants juste au moment où Brandt a fait sa grande pause à Nashville.

Les deux ne se sont jamais croisés à l’époque, mais elle avait entendu parler de l’infirmière qui se promenait dans les salles en chantant et en jouant de la guitare.

Johnston, également infirmière de formation, a rejoint Not in My City en tant que co-directrice exécutive après plusieurs années à la tête d’organisations de défense et de protection de l’enfance.

«Je dois être sur mes gardes n’importe quel jour pour suivre Paul Brandt», dit-elle.

« Il taquine que je suis toujours son patron et je dis: ‘Non, à peine – même pas proche. »

Elle a dit que son collègue venait toujours à des réunions armées de recherches et de questions difficiles, et les séances inaugurales du comité ne faisaient pas exception.

Le panel comprend également un ancien ministre des Services à l’enfance de l’Alberta, le chef de la police d’Edmonton, le chef d’un groupe de sécurité communautaire, un ancien Mountie, le directeur des Catholic Social Services et un PDG des services de santé d’une Première nation.

Il s’agit de fournir des conseils sur la façon de soutenir les survivants, de mettre en œuvre le plan promis par le gouvernement conservateur contre la traite des êtres humains et de faire pression sur d’autres ordres de gouvernement pour qu’ils interviennent.

«Je comprends que les comités gouvernementaux sont souvent du papier peint. Je fais la promesse que celle-ci ne le sera pas », déclare Brandt, qui ajoute que les recommandations seront basées sur les données et les commentaires des survivants et des travailleurs de première ligne.

Il ne s’attarde pas sur les fouilles des médias sociaux pour se demander ce qu’une célébrité doit contribuer à un problème aussi important.

« Si je n’étais pas à l’aise avec les critiques, je serais probablement recroquevillé en boule dans ma chambre en ce moment. »

Kate Quinn, directrice exécutive du Centre to End All Sexual Exploitation d’Edmonton, dit qu’il est utile d’avoir quelqu’un de si haut profil à la tête du groupe de travail.

«Il atteindra un public complètement différent, disons, de quelqu’un comme moi», dit-elle.

«Lorsque nous traitons de quelque chose d’aussi vaste et d’une portée aussi vaste que la traite des êtres humains, nous avons besoin de tout le monde, et Paul va amener de nouvelles personnes, sensibiliser les Albertains.»

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 24 mai 2020

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus