Les ciné-parcs offrent aux Québécois un voyage rare au cinéma pendant la pandémie de COVID-19

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

DORVAL, QUE –
Perché au sommet du VUS blanc de la famille, les deux enfants de Keero Birla, Kishan et Darian, discutent avec enthousiasme de ce qui les attend: dans moins d’une demi-heure, dès le coucher du soleil, ils regarderont leur premier film dans un drive-in .

« Je pense que nous sommes affamés d’interaction sociale, comme tout le monde, alors dès que nous avons appris que cela se produisait, nous avons sauté dessus », a déclaré Birla à propos de ce qui l’a amené, lui et sa famille, à entrer dans le drive-in de Dorval, un banlieue à 20 kilomètres à l’ouest du centre-ville de Montréal.

Dorval a organisé deux soirées cinéma ce week-end dans un stationnement vide en face d’un centre commercial.

Avec de nombreuses activités encore fermées à travers le Québec en raison de la pandémie de COVID-19, Dorval est l’un des rares endroits qui se sont tournés vers les cambriolages pour donner aux résidents quelque chose d’amusant à faire tout en suivant les règles de distanciation sociale.

Plus d’une douzaine de rangées de voitures étaient garées dans le parking vendredi soir pour une projection à guichets fermés de « Sonic the Hedgehog ». Les familles étaient assises sur des chaises de camping et des couvertures, dans leur voiture ou à l’arrière des camionnettes – et la plupart apportaient leur propre pop-corn.

Les gens sont «fatigués de rester à la maison et de ne rien faire», a expliqué Sébastien Gauthier, un agent des communications de Dorval, qui a déclaré que la ville avait vendu 160 places pour le film du vendredi et dépensé 15 000 $ pour organiser les deux projections.

« Je sais que tout le monde avait hâte de sortir et de faire quelque chose d’intéressant », a-t-il déclaré.

Le Québec a été durement touché par la pandémie de COVID-19 et Dorval n’a pas été épargné. Les Québécois ont commencé à apprécier le bilan horrible des foyers de soins de longue durée lorsque des rapports ont fait état, début avril, de dizaines de décès et d’absence de personnel à la résidence privée Herron de Dorval.

Mais à mesure que de nouveaux cas diminuaient au Québec, la province a commencé le mois dernier à permettre progressivement la réouverture des entreprises et la reprise de certaines activités. Les cambriolages pourraient rouvrir à partir du 29 mai, a déclaré le gouvernement, tant que les règles de distanciation sociale étaient respectées.

Birla a dit qu’il se souvenait être allé dans un drive-in dans le Maine il y a des années lors de voyages en famille, et il a dit qu’il voulait partager l’expérience avec ses propres enfants.

« Nous verrions une double fonctionnalité et mangerions et nous détendreions », a-t-il déclaré. « C’est une sorte de cadeau rare que de pouvoir partager cela avec les enfants et de leur faire vivre une expérience que je chéris de ma propre mémoire. »

Alors que la projection de Dorval était un événement unique, pour les ciné-parcs plus établis du Québec, les règles entourant COVID-19 signifient que cet été ne ressemblera à aucun autre.

Seule une poignée de ciné-parcs saisonniers – connus sous le nom de ciné-parcs en français – sont toujours en activité dans la province, dont un à St-Eustache, juste au nord de Montréal, qui diffuse des films en plein air depuis des décennies.

« Nous possédons le ciné-parc depuis 1971 », a déclaré Brigitte Mathers, présidente du Groupe Mathers, qui gère le ciné-parc avec un marché aux puces à proximité. « Nous avons cinq écrans et nous pouvons avoir jusqu’à 3 300 voitures. »

Mais avec les règles de distanciation sociale en place, Mathers a déclaré que le drive-in ne pourra accueillir qu’environ la moitié du nombre habituel de voitures car elles doivent être garées à plus de deux mètres l’une de l’autre.

Mathers a déclaré qu’elle avait également décidé de ne montrer qu’un film par écran pendant le week-end inaugural du drive-in, qui a commencé vendredi, afin de s’assurer que tout se passe bien.

« C’est très compliqué. Naturellement, ça ne va pas être aussi occupé, mais il n’y a rien que vous puissiez faire », a-t-elle déclaré.

Un autre problème inattendu, a déclaré Mathers, est que les nouvelles versions ne sortent pas alors que les cinémas restent fermés en raison de la pandémie.

Ce week-end, Cine-Parc St-Eustache présente des films sortis en 2018, 2019 et plus tôt cette année: «Aquaman», «Bloodshot», «Onward», «Trolls World Tour» et un film québécois «Menteur». « 

« Il y a un (nouveau) film qui sortira en juillet », a déclaré Mathers.

« Mais (sinon) c’est tout vieux produit, parce que les producteurs tiennent tous leurs films pour quand tout le monde va être ouvert, donc c’est un peu particulier cette année. »

Pourtant, certains des plus petits drive-in du Québec espèrent que le manque d’autres options pendant la pandémie fera sortir les gens en grand nombre.

Il y a des ciné-parcs en Gaspésie, dans les Laurentides au nord de Montréal, à Mont-St-Hilaire, à environ 40 kilomètres au sud-est de Montréal, et à Sherbrooke dans les Cantons-de-l’Est.

« Il n’y a pas de festivals, il n’y a pas de spectacles, les cinémas sont toujours fermés, donc je pense que cela signifiera un regain d’intérêt pour le drive-in », a expliqué François Pradella, copropriétaire du Cine-Parc Orford à Sherbrooke.

Il a déclaré que pour sa réouverture le 29 mai, le drive-in à deux écrans a été reconfiguré pour une distance physique permettant jusqu’à 650 voitures chaque nuit – environ 85% de sa capacité habituelle.

« Les gens qui n’avaient pas de drive-in sur leur radar, je pense qu’ils vont nous donner un deuxième coup d’œil parce qu’il n’y a rien d’autre à faire », a-t-il dit.

La ville de Vaudreuil-Dorion, juste à l’ouest de Montréal, met cette théorie à l’épreuve: elle a alloué 100 000 $ pour construire un drive-in dans un stationnement d’école secondaire pour l’été. Prévu pour ouvrir début juillet, il pourra accueillir 100 voitures.

Le maire Guy Pilon a déclaré qu’il espérait que la nouvelle attraction donnerait aux familles une chance de faire quelque chose d’amusant ensemble pendant la pandémie – et d’apporter l’expérience de regarder des films sous les étoiles à une jeune génération.

C’est ce qui passionnait Olivia Dunk, 15 ans, à Dorval, assise dans le van de sa famille avec son frère Gavin, 12 ans, et son père, Fred, juste avant le début du film vendredi.

« Vous ne voyez pas vraiment (les drive-in) de nos jours … Ce n’est pas quelque chose qui existe en 2020 », a-t-elle déclaré.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 7 juin 2020.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus