Xavier Bertrand attend d’Emmanuel Macron qu’il se « ressaisisse »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand (ex-LR) a dit dimanche sur BFMTV attendre du président Emmanuel Macron qu’il se « ressaisisse » et fasse « respecter l’Etat de droit » en France.

« Cette semaine », les forces de l’ordre ont été « lâchées par l’Etat » et « jetées en pâture », a-t-il dénoncé. « On a laissé penser que, pour eux, il pouvait y avoir une présomption de culpabilité (…) ils ont été lâchés par le ministre de l’Intérieur », a martelé M. Bertrand.

Christophe Castaner a annoncé lundi des sanctions à l’encontre de policiers en cas de « soupçon avéré » de racisme, provoquant leur colère, avant de reconnaître une erreur.

« J’attends que le président de la République », qui doit présenter dimanche soir aux Français ses projets de redémarrage du quinquennat, « dise clairement comment on va rétablir l’État de droit dans notre pays, comment on va rétablir l’ordre dans notre pays », a-t-il poursuivi. « L’autorité de l’Etat, l’Etat de droit, ce n’est pas une option, il n’y a plus rien qui tient autrement », selon lui.

« Quand on voit aujourd’hui ce qui se passe, une manifestation est interdite, elle a lieu, il y a une manifestation qui est antiraciste et ça devient une sorte de haine antiflics et une haine antisémite, il faut absolument qu’il y ait des sanctions derrière… », a-t-il ajouté, estimant que la police américaine et la police française n’étaient strictement pas comparables.

« Il faut que tout le monde se ressaisisse et le président de la République en premier ! », a-t-il lâché.

A la question de savoir si M. Castaner devait démissionner, Xavier Bertrand a répondu que son sort gouvernemental était déjà réglé. « Il ne restera pas » lors du prochain remaniement gouvernemental, « c’est une évidence ». « Ni lui, ni Mme Belloubet », la ministre de la Justice, a-t-il prédit.

« J’attends du président de la République ce soir qu’il nous dise que ce qui a été commis par les ministres est une erreur et qu’il n’y a plus d’option, on ne tergiverse plus et on fait respecter l’Etat de droit dans notre pays », a-t-il encore dit.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus