des figures politiques s’engagent à Marseille

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Jean-Claude Gaudin pour Martine Vassal à droite, l’eurodéputé EELV Yannick Jadot pour Michèle Rubirola à gauche : les principales prétendantes à la mairie de Marseille ont reçu chacune lundi, dans la dernière ligne droite, l’appui d’une figure de leur camp.

Maire (LR) depuis 25 ans, M. Gaudin a renouvelé son appui à Mme Vassal, mise en difficulté par l’ouverture samedi d’une enquête préliminaire sur de possibles fraudes aux procurations côté LR — une « mauvaise polémique » selon lui.

« J’espère que la justice et la police démontreront très vite la validité des procurations enregistrées par la ville de Marseille. La légende noire de la vie politique à Marseille, ça suffit », a cinglé l’édile dans une interview à la Provence.

« Je soutiens celle qui, par sa volonté, son dynamisme, et son expérience incarne le mieux l’avenir de notre ville (…) Je soutiens donc pleinement Martine Vassal et ses colistiers », a-t-il martelé.

Mme Vassal, qui a tenté à plusieurs reprises de se défaire de l’étiquette d’héritière d’un maire au bilan très contesté, a eu l’amère surprise au premier tour d’être doublée par Michèle Rubirola, candidate du Printemps Marseillais (23,44% des voix contre 22,3%).

Jean-Claude Gaudin a aussi taclé cette coalition de la gauche qu’a rejoint EELV dans l’entre-deux tours, dont il estime que « l’inexpérience, l’incompétence et l’intolérance ne peuvent constituer une alternative crédible pour la deuxième ville de France ».

« La victoire est à portée de main », a rétorqué Michèle Rubirola, lors d’une visite d’une ferme urbaine, au pied d’une cité défavorisée, avec Yannick Jadot.

Mme Rubirola a aussi ironisé sur la menace d’un « péril rouge » à Marseille, brandie notamment par Martine Vassal depuis le premier tour: « Si prôner l’agriculture en ville, le bien-être pour tous, la dépollution, le respirer-mieux, c’est brandir le chiffon rouge… Ma foi, on les laisse libres de leur parole ! ».

« On a un enjeu de passer à une Marseille apaisée, réconciliée, qui se projette et qui sorte de l’extrême affairisme, de l’extrême clientélisme de ceux qui (…) ont construit le pouvoir pour eux », a complété M. Jadot.

« Avoir comme candidat une femme dont on connaît depuis des années l’engagement pour la santé, l’écologie, pour sa ville, pour l’éthique (…) face à l’agitation du camp d’en face (…) c’est vraiment une bonne nouvelle », a-t-il ajouté.

L’issue du scrutin reste très incertaine à Marseille, où le vote a lieu par secteurs. Outre Mme Rubirola et Mme Vassal, le candidat RN Stéphane Ravier est arrivé troisième sur la ville (19,45%) mais ses listes sont les seules à se maintenir dans tous les secteurs.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available