Au procès Charlie, huit heures d' »apnée » aux mains des frères Kouachi

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

« J’ai arrêté de respirer »: l’ex-employé de l’imprimerie de Dammartin-en-Goële où s’étaient retranchés les frères Kouachi a raconté mercredi aux assises de Paris comment il était resté caché « sans bouger » huit heures sous un évier, grâce au « sacrifice » de son patron.

« C’est eux, ils ont des kalachnikov. Va te cacher, j’y vais ». Ce 9 janvier 2015, Chérif et Saïd Kouachi, traqués depuis la tuerie commise au siège de Charlie Hebdo deux jours plus tôt, viennent de sonner à l’interphone de l’imprimerie de Michel Catalano, en Seine-et-Marne.

Lilian, jeune graphiste de l’entreprise, obtempère et, « sans hésitation », « décide de (se) cacher sous l’évier ». « Grand bien m’en fasse, j’y avais pensé la veille si jamais ils venaient ici », confie-t-il devant la cour d’assises spéciale, d’une voix faible.

« Recroquevillé » dans une partie du minuscule meuble de cuisine, coincé près de flacons et de matériel d’entretien, il restera dissimulé « huit heures et demi » jusqu’à sa libération vers 17H00 par le GIGN, qui vient d’abattre les deux terroristes.

Pendant les longues heures d’angoisse passées dans sa cachette, paralysé par la peur d’être découvert, « je n’avais plus qu’un seul repère: mes oreilles », explique, tendu, le jeune homme, chemise à carreaux et cheveux longs coiffés en chignon.

Dans la pièce voisine, il entend « des bribes de conversations » entre Michel Catalano et les preneurs d’otages, et ce qui ressemble à « des sermons ». Puis le bruit de la machine à café et « des pas » se dirigeant vers lui.

Lilian a sa première frayeur: il pense à « une inspection », à son « manteau » et sa « sacoche » restés sur une chaise.

« Mon cœur s’est arrêté de battre. J’ai arrêté de respirer. Le moindre geste que je faisais aurait pu ouvrir la porte car j’étais vraiment collé à la porte. Puis j’ai entendu la porte se refermer et les pas repartir. J’ai ressenti un soulagement », se souvient le graphiste, partie civile au procès.

– « C’est mon héros » –

Le soulagement est de courte durée: cherchant de la nourriture pour lui et son frère blessé par un tir de riposte d’un gendarme, l’un des frères Kouachi s’approche à « 30 centimètres » du réduit où il est caché, laissant Lilian « tétanisé ».

« Il s’est lavé les mains, il y avait de l’eau partout. Je n’avais qu’une peur, qu’il voit de l’eau qui coule et ouvre la porte », témoigne le jeune homme, en fondant en larmes à la barre.

Les heures passent, son téléphone vibre de plus en plus d’appels inquiets de ses proches, et, sous l’évier, Lilian se « recroqueville encore plus ». Contacté par un responsable du GIGN, il implore: « Faites vite ».

Arrive finalement l’assaut. Redoutant d’être tué lors d’échanges de tirs, le jeune graphiste contredit les ordres de « ne pas bouger » et « rampe » hors de sa cachette.

Dehors, Michel Catalano, finalement relâché par les frères Kouachi, est « en apnée totale ». Jusqu’à ce message radio: « Cibles neutralisées, otage vivant ». « Là, j’ai respiré, enfin », a raconté plus tôt dans l’après-midi le gérant de l’imprimerie.

Les mains agrippées à la barre, M. Catalano assure avoir « pris énormément sur (lui) ce jour-là pour rester le plus calme possible ». « Mon objectif était qu’ils ne trouvent pas Lilian », explique le chef d’entreprise.

Entré à l’âge de 19 ans dans son entreprise, Lilian est « gentil, réservé ». « J’aurais tellement aimé qu’il ne soit pas là ce jour-là », ajoute M. Catalano, le regard embué et la gorge nouée.

Tout aussi ému, son ancien employé lui a rendu hommage: « Michel s’est sacrifié pour moi. Michel, c’est mon héros, c’est celui qui m’a sauvé la vie ».

Cinq ans plus tard, Lilian a toujours « peur dans les gares, les aérogares, le métro ». Michel Catalano a réussi à remettre sur pied son entreprise, détruite lors de l’intervention du GIGN, mais vit « à crédit ».

Quatorze personnes – dont trois en leur absence – sont jugées jusqu’au 10 novembre pour leur soutien logistique aux frères Kouachi et à Amédy Coulibaly, auteurs des attentats qui ont fait 17 morts en janvier 2015 et provoqué l’effroi dans le monde.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus