Le gouvernement libyen appelle l’ONU à soutenir le processus de référendum constitutionnel

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le gouvernement libyen a appelé les Nations Unies à soutenir le processus de référendum constitutionnel, conformément aux mécanismes démocratiques internationaux.

Khalid al-Mishri, le président du Haut Conseil d’État de la Libye, a envoyé une lettre sur le processus constitutionnel au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Dans la lettre, al-Mishri a déclaré qu’un projet de constitution avait été achevé il y a plus de deux ans, mais qu’il attend sa dernière étape, un référendum.

Il a demandé le soutien de l’ONU pour achever le processus par un référendum constitutionnel conforme aux mécanismes démocratiques internationaux.

Un comité constitutionnel de 60 membres a annoncé en juin 2017 avoir finalisé ses efforts en vue d’un projet de constitution.

Pendant ce temps, le président de la National Oil Corporation (NOC) de Libye a déclaré vendredi que la levée des restrictions de force majeure qui ont arrêté les exportations de pétrole du pays ravagé par la guerre dépend de la démilitarisation de toutes les installations pétrolières.

En place depuis le début de l’année, la force majeure a été brièvement levée en juillet avant d’être réimposée.

Le commentaire de Mustafa Sanallah, publié sur le site Web du CNO, intervient après que la Turquie et la Russie – les principaux courtiers du pouvoir dans la guerre en Libye – se soient rapprochées lors des réunions à Ankara cette semaine d’un accord sur un cessez-le-feu et un processus de négociation politique.

« À la lumière du chaos actuel et des négociations non organisées, la force majeure ne peut pas être levée », a déclaré Sanallah dans un communiqué.

Ankara et Moscou soutiennent les camps opposés. La Russie soutient les forces basées à l’Est et fidèles au putschiste général Khalifa Haftar, tandis que la Turquie soutient le gouvernement d’accord national (GNA) internationalement reconnu de la Libye.

Sanallah a déclaré que les négociations séparées menées par le NOC en coordination avec le chef du conseil présidentiel et la communauté internationale comprennent une initiative qui inclut l’exploitation sûre des champs pétrolifères et des ports et en chassant tous les « mercenaires étrangers ».

Le président du CNO a déploré ce qu’il a appelé la « politisation du secteur pétrolier » et son utilisation comme « monnaie d’échange » pour des gains politiques.

Les forces de Haftar ont imposé un blocus pétrolier en janvier, réduisant la production pétrolière de la Libye de plus d’un million de barils par jour (b / j) à moins de 100 000 b / j et aggravant encore l’effondrement économique de la Libye.

L’ambassade américaine à Tripoli a déclaré la semaine dernière que « lors de discussions récentes avec un large éventail de dirigeants libyens », elle avait soutenu « un modèle financier qui constituerait une garantie crédible que les revenus pétroliers et gaziers seraient gérés de manière transparente ».

« L’ambassade se félicite de ce qui semble être un consensus libyen selon lequel il est temps de rouvrir le secteur de l’énergie », a-t-il déclaré.

Les récents appels au cessez-le-feu lancés par le Premier ministre du gouvernement internationalement reconnu de Tripoli et le chef d’un parlement rival à l’Est comprenaient une proposition de gel des revenus pétroliers dans un compte spécial en attendant un accord politique, comme un moyen de mettre fin à la impasse.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus