in

Chypre grecque repousse les migrants et recourt à la violence, rapporte un organisme de surveillance des droits

Les autorités de l’administration chypriote grecque ont repoussé 200 migrants et réfugiés arrivant du Liban à bord de bateaux plus tôt ce mois-ci, ignorant leurs demandes d’asile tout en recourant dans certains cas à la violence et à des tactiques coercitives, a déclaré mardi un organisme de surveillance des droits humains.

Human Rights Watch (HRW) a accusé les officiers de la police maritime de l’administration chypriote grecque d’avoir battu des migrants et proféré des menaces. Le groupe a déclaré que les navires de la garde côtière avaient tenté de submerger les bateaux de migrants en les encerclant à grande vitesse et avaient abandonné au moins un bateau en mer sans nourriture ni carburant.

Le chien de garde a déclaré que les accusations provenaient d’entretiens avec 15 ressortissants libanais et syriens qui ont tenté de rejoindre Chypre grecque – membre de l’Union européenne – après avoir mis les voiles à bord de sept bateaux en provenance de Tripoli, au Liban, entre le 29 août et le 7 septembre.

Selon HRW, des témoins et des victimes à bord de deux bateaux qui sont rentrés au Liban ont déclaré que la police maritime chypriote grecque avait menotté et battu des personnes qui résistaient à leur retour.

Le chien de garde a cité un ressortissant libanais identifié uniquement par son prénom qui a accusé la police d’avoir utilisé un aiguillon pour le bétail sur lui à bord d’un bateau le 6 septembre après qu’il leur ait crié de sauver un couple qui avait sauté par-dessus bord.

L’organisme de surveillance a exhorté les autorités judiciaires chypriotes grecques à mener une enquête sur les allégations et à poursuivre toute personne reconnue coupable d’actes répréhensibles.

Il a déclaré que la Commission européenne devrait amener Chypre à respecter le droit des migrants de demander l’asile et à ne pas renvoyer les personnes dans un endroit où leur sécurité et leur liberté pourraient être menacées.

« Les gens qui risquent leur vie et celle de leurs enfants en fuyant le Liban par bateau le font quand ils sont vraiment désespérés », a déclaré Bill Frelick, responsable de HRW. « Ils ont le droit de voir leurs demandes de protection internationale examinées. »

Les responsables chypriotes grecs n’ont pas immédiatement répondu aux appels à commentaires sur le rapport.

L’administration chypriote grecque a déclaré que la nation insulaire divisée ethniquement était prête à offrir un refuge sûr aux réfugiés, mais avait atteint ses limites en acceptant des «migrants économiques». Le ministre de l’Intérieur, Nicos Nouris, a déclaré plus tôt ce mois-ci que le gouvernement se coordonne avec les autorités libanaises pour reprendre les migrants en provenance de ce pays conformément au droit international.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

vifs échanges entre Trump et Biden au premier débat

Félicien Kabuga fixé sur sa remise à la justice internationale