Les musulmans rohingyas vivent sous le régime de l’apartheid au Myanmar, rapporte un groupe de défense des droits

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le Myanmar mène depuis au moins huit ans une politique d’apartheid contre environ 130000 musulmans rohingyas piégés dans des camps de déplacés internes dans l’État de Rakhine déchiré par le conflit, a déclaré jeudi Human Rights Watch (HRW), accusant le chef civil Aung San Suu Kyi de complicité leur persécution, des semaines avant les élections nationales.

«Le gouvernement du Myanmar a interné 130 000 Rohingyas dans des conditions inhumaines pendant huit ans, coupés de leurs maisons, de leurs terres et de leurs moyens de subsistance, avec peu d’espoir que les choses s’améliorent», indique le rapport de 170 pages.

Le rapport décrit 24 camps d’internement et des colonies de type camp, principalement autour de la capitale de l’État de Rakhine, Sittwe, comme «au-delà de la dignité de tout peuple», où les Rohingyas sont séparés du reste de la société et font face à un avenir incertain tout en souffrant de graves violations des droits humains. Parmi les violations des droits enregistrées figuraient le déni de la liberté de mouvement, comme la mise en place de points de contrôle et de clôtures de barbelés autour des camps et villages Rohingya, ainsi que «l’extorsion généralisée». Les personnes trouvées à l’extérieur du camp auraient également été soumises à la torture et à d’autres abus de la part des forces de sécurité, selon le rapport.

Des centaines de milliers de musulmans rohingyas ont traversé la frontière du Myanmar avec le Bangladesh après une vague d’attaques anti-Rohingya à l’été 2017. Des milliers de personnes ont été tuées dans les violences, et ceux qui ont été contraints de fuir ont été confrontés à une pauvreté extrême et à la menace de maladies dans des camps construits grossièrement. au Bangladesh.

Le Myanmar a nié à plusieurs reprises les allégations de génocide, affirmant que ses opérations militaires en 2017 visaient des militants rohingyas qui ont attaqué les postes frontières de la police. Au moins 9000 Rohingyas ont été tués dans l’État de Rakhine du 25 août au 24 septembre 2017, selon Médecins sans frontières (MSF). La Cour pénale internationale (CPI) enquête sur le crime contre l’humanité de la déportation forcée de Rohingya vers le Bangladesh, ainsi que sur les persécutions et autres actes inhumains.

Selon les chiffres de l’ONU, les enfants représentent plus de la moitié des quelque 700000 Rohingyas arrivés au Bangladesh en 2017 après un exode massif du Myanmar. Plus de 350 cas de traite des Rohingyas ont été identifiés l’année dernière, environ 15% impliquant des enfants, selon l’agence des Nations Unies pour les migrations.

En mai, les travailleurs humanitaires craignaient que la pandémie de coronavirus ne pèse lourdement sur les camps surpeuplés, car l’épidémie meurtrière a incité le gouvernement à imposer davantage de restrictions de mouvement dans le cadre d’un effort pour contenir la propagation de la maladie. Le HRW a appelé le gouvernement du Myanmar et l’armée à prendre les mesures nécessaires pour accorder plus de liberté aux Rohingyas qui restent dans le pays.

L’ONU a qualifié les opérations des forces de sécurité du Myanmar de nettoyage ethnique. Les Rohingyas apatrides sont la cible de violences communautaires et de sentiments anti-musulmans vicieux dans le Myanmar principalement bouddhiste depuis des années. Le Myanmar refuse la citoyenneté aux Rohingyas depuis 1982 et les exclut des 135 groupes ethniques qu’il reconnaît officiellement, ce qui les rend apatrides.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus