Les terroristes des YPG libèrent des centaines de militants liés à Daech

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La branche syrienne du groupe terroriste PKK, les YPG, a libéré jeudi des centaines de terroristes de Daech emprisonnés dans le nord de la Syrie, dans le cadre d’une amnistie générale dans la région contrôlée par les terroristes YPG soutenus par les États-Unis.

Amina Omar, la chef du soi-disant Conseil national syrien, a déclaré aux journalistes de la ville de Qamishli que les membres de Daech qui avaient été libérés n’avaient «pas de sang sur les mains» et se sont tous repentis d’avoir rejoint Daech à un moment donné.

«Ce sont des gens qui peuvent être réformés», a déclaré Omar peu de temps avant la libération des hommes.

Les 631 détenus avaient été détenus pour terrorisme et constituaient le premier groupe libéré dans le cadre d’un accord d’amnistie annoncé récemment à la suite d’appels de tribus arabes de l’est de la Syrie. 253 autres détenus verront leur peine réduite de moitié.

L’accord pourrait renforcer la coopération laborieuse entre les terroristes des YPG et les tribus arabes qui fournissent une part importante de l’alliance militaire contrôlant la région.

Les YPG exploitent actuellement plus de deux douzaines de centres de détention disséminés dans le nord-est de la Syrie, abritant environ 10 000 terroristes de Daech. Parmi les détenus figurent environ 2 000 étrangers dont le pays d’origine a refusé de les rapatrier, dont environ 800 Européens.

Ankara s’est longtemps opposée au soutien de l’allié de l’OTAN américain pour les YPG, un groupe qui constitue une menace pour la Turquie et terrorise les populations locales, détruisant leurs maisons et les forçant à fuir. Sous prétexte de combattre Daech, les États-Unis ont soutenu le groupe terroriste YPG en fournissant une formation militaire et des armes. Tout en soulignant qu’on ne peut pas soutenir un groupe terroriste dans la lutte contre un autre, la Turquie a poursuivi ses propres opérations de contre-terrorisme, au cours desquelles elle a réussi à expulser un nombre important de terroristes de la région.

Le groupe terroriste de Daech – qui à l’apogée de sa puissance en 2014 contrôlait un tiers à la fois de l’Irak et de la Syrie – a perdu son dernier bout de terre l’année dernière lorsque les forces des YPG soutenues par les États-Unis ont capturé le village syrien de Baghouz.

Depuis lors, les terroristes sont allés dans la clandestinité, menant des attaques par délit de fuite, ciblant principalement les forces du régime syrien et les terroristes des YPG.

Plus tôt ce mois-ci, les YPG ont déclaré qu’il permettrait aux citoyens syriens de quitter un camp tentaculaire qui abrite des dizaines de milliers de femmes et d’enfants, dont beaucoup sont liés à Daech.

La plupart des détenus du camp d’al-Hol sont des femmes et des enfants syriens et irakiens. Une autre colonie de tentes hautement sécurisée qui fait partie du camp est connue sous le nom d’Annexe et abrite quelque 10 000 partisans purs et durs de Daech d’autres pays.

Le camp surpeuplé abrite un total de 65 000 personnes. Les taux de criminalité sont élevés à l’intérieur du camp et certaines des femmes ont tenté de s’échapper. Des dizaines de familles ont quitté le camp ces dernières semaines.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available