l’opposition de centre-droit remporte les élections législatives

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’opposition de centre-droit a remporté dimanche les élections législatives en Lituanie, selon les résultats presque complets du second tour, dans un contexte dominé par la pandémie de coronavirus.

L’Union de la patrie, qui avait recueilli 25% des voix au premier tour, obtient 50 des 141 sièges du parlement, alors que l’Union des agriculteurs et des Verts, la formation de centre-gauche du Premier ministre sortant Saulius Skvernelis, 17% des voix au premier tour, ne remporte que 32 sièges, selon ces résultats.

Pressentie pour occuper le poste de chef du gouvernement, l’ancienne ministre conservatrice des Finances Ingrida Simonyte, 45 ans, devrait être en mesure de bâtir une coalition avec les deux partis libéraux, qui ont respectivement remporté 12 et 10 sièges.

Dans le cadre des mesures de sécurité face à la pandémie, le vote en voiture était autorisé pour la première fois, et les masques et la distanciation sociale étaient obligatoires dans les bureaux de vote.

Malgré les records de nouvelles contaminations, le nombre des morts rapporté à la population totale en Lituanie reste bien inférieur à la moyenne européenne.

Quatre autres partis politiques sont entrés au parlement au premier tour, ce qui devrait conduire à des pourparlers sur une coalition après le second tour de dimanche.

Pendant la campagne, Mme Symonite a reproché M. Skvernelis de pas avoir réussi à préparer le pays à la deuxième vague de la pandémie.

« Nous devons modifier le modèle de gestion de crise parce que nous manquons de transparence et de clarté sur la question de savoir qui conseille le gouvernement et qui a le dernier mot », a-t-elle déclaré à la presse dimanche soir.

« Nous entendons les médecins et les scientifiques dire qu’ils ne sont pas assez écoutés », a-t-elle ajouté.

Pour Simona Dirse, 33 ans, une employée d’une compagnie d’assurances, l’expérience antérieure de Mme Simonyte, une ministre des Finances qui avait affronté les retombées de la crise financière mondiale, l’aidera à faire face à la pandémie.

« Je pense qu’elle gérerait la situation mieux que les autorités actuelles, en raison de ses qualités et de son esprit critique. Elle est ferme mais cherche aussi le dialogue », a déclaré à l’AFP cette habitante de Vilnius.

Le Premier ministre Skvernelis, plus populaire parmi les électeurs ruraux ayant de faibles revenus, s’était engagé pendant la campagne à poursuivre la lutte contre les inégalités sociales et à introduire une prime annuelle en espèces, dite le « 13e mois de pension » pour les personnes âgées.

« Les électeurs étaient las de la coalition au pouvoir, ils voulaient un changement dans le paysage politique », a expliqué à l’AFP Ramunas Vilpisauskas, professeur à l’université de Vilnius.

La coalition de centre-droit devrait être plus active que le gouvernement sortant dans la recherche d’investissements étrangers, mais « je ne vois pas de raisons pour des changements stratégiques en politique étrangère », a dit M. Vilpisauskas.

Tous les grands partis lituaniens sont favorables à l’Union européenne et à l’Otan. Ils appuient la volonté de Vilnius de rallier le soutien des pays de l’Union européenne à l’opposition démocratique bélarusse, après une élection présidentielle contestée dans ce pays voisin.

« Seuls des ajustements mineurs sont probables concernant l’UE et dans la politique étrangère, car il existe un large et solide consensus sur les principales orientations », a déclaré à l’AFP Kestutis Girnius, professeur à l’Université de Vilnius.

Le président Gitanas Nauseda, dont le mandat prend fin en 2024, continuera à diriger la politique étrangère et de défense.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus