Les États-Unis saisissent des missiles iraniens et imposent des sanctions à 11 entités pour des transactions pétrolières iraniennes

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les États-Unis ont révélé jeudi qu’ils avaient saisi des missiles iraniens expédiés au Yémen et vendu 1,1 million de barils de pétrole iranien précédemment saisi à destination du Venezuela, dans la dernière décision de l’administration Trump d’augmenter la pression sur Téhéran moins d’une semaine avant le 3 novembre. élection.

Le dévoilement des plaintes de confiscation, par le ministère de la Justice, est survenu au moment où le département du Trésor et le département d’État ont conjointement imposé des sanctions à 11 entités et individus différents pour leur implication dans l’achat et la vente de produits pétrochimiques iraniens.

Les dernières actions contre l’Iran surviennent après que des responsables des services de renseignement américains ont allégué au début du mois que des pirates iraniens avaient tenté de menacer certains électeurs américains en leur envoyant des courriels usurpés qui semblaient appartenir au groupe pro-Trump Proud Boys.

Michael Sherwin, le procureur américain par intérim du district de Columbia, a déclaré jeudi que le dévoilement des plaintes du ministère de la Justice était «séparé de la politique».

« Ces actions ont commencé l’été dernier. Et ce sont des situations fluides et organiques », a-t-il déclaré.

Les affaires civiles de confiscation du ministère de la Justice impliquent des stratagèmes présumés du Corps des gardiens de la révolution iranien (CGRI) pour expédier secrètement des armes au Yémen et du carburant au Venezuela.

Le procureur général adjoint de la division de la sécurité nationale, John Demers, a déclaré jeudi que le gouvernement américain avait vendu et livré 1,1 million de barils de carburant iranien à destination du Venezuela, qu’il avait saisi plus tôt cette année.

Selon la plainte, le carburant provenait d’entreprises liées au CGRI, et les expéditeurs ont pris des mesures pour masquer la propriété. Les deux navires transportant le carburant, l’Euroforce battant pavillon libérien et le Maersk Progress battant pavillon singapourien, avaient eu du mal à décharger et ont changé de cap à plusieurs reprises au cours des dernières semaines.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus