Au Liban, les pluies portent le coup de grâce aux maisons ravagées par l’explosion

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Norma Mnassakh quittait son appartement de Beyrouth lorsqu’un nuage de poussière s’est élevé d’un immeuble voisin. En retournant sur ses pas, elle a constaté qu’une bâtisse traditionnelle, très endommagée par l’explosion tragique du 4 août, s’était partiellement effondrée en raison des pluies.

« Je suis née et j’ai grandi ici. Ce quartier c’est chez moi. J’en connais chaque recoin. Je perds tous les repères avec lesquels j’ai grandi », raconte à l’AFP cette quinquagénaire, émue, quelques heures seulement après l’effondrement du bâtiment, devant un trottoir couvert de gravats.

Rmeil 24, bâtiment de l’époque ottomane situé dans le quartier d’Achrafieh, fait partie des quelques structures touchées par l’explosion qui se sont effondrées cette semaine avec le début des vents violents et des fortes pluies.

Au moins 90 autres maisons traditionnelles endommagées par l’explosion sont menacées par les intempéries, a indiqué à l’AFP le ministre démissionnaire de la Culture, Abbass Mortada.

La catastrophe du port, causée de l’aveu des autorités par le stockage sans mesures de précaution de grandes quantités de nitrate d’ammonium, a fait plus de 200 morts et ravagé des quartiers entiers de la capitale, endommageant ou détruisant 70.000 unités résidentielles, selon l’ONU.

Les pluies hivernales pourraient achever ces structures brinquebalantes.

« C’est notre héritage, notre patrimoine. C’est tellement dommage qu’il soit anéanti de cette manière », regrette Carla, 52 ans, qui a grandi près du bâtiment Rmeil 24.

– Trop tard –

Quasiment abandonné depuis plus de 40 ans, le bâtiment abritait encore au rez-de-chaussée la boutique Hanna Mitri, un des glaciers artisanaux les plus réputés de la capitale libanaise.

Prisée par les touristes et les habitants du quartier, cette enseigne traditionnelle avait dû se délocaliser après l’effondrement du plafond sous l’effet de l’explosion.

Les fortes intempéries jeudi soir ont élargi les « cavités des toitures » causant une « destruction partielle » du bâtiment, explique à l’AFP l’architecte Yasmine Macaron, membre de l’Association pour la protection des sites et anciennes demeures au Liban (APSAD).

« Nous avons eu dix jours d’accalmie et de soleil. Nous aurions pu entamer les premières actions de sauvetage et probablement pu le sauver partiellement » si le propriétaire n’avait pas tardé à accorder son feu vert aux travaux de consolidation, affirme l’architecte.

Face à une crise économique sans précédent, l’Etat libanais compte plus que jamais sur un financement externe pour sauver son patrimoine.

Mais les donateurs, sous la houlette de la France, se sont engagés à contourner les institutions publiques, accusées de corruption et d’incompétence.

Les aides, transférées à des ONG locales, arrivent au compte-goutte et sont insuffisantes, voire décevantes, déplore M. Mortada. Et « en tant que ministère, nous souffrons d’un manque de capacités », notamment en matière de ressources humaines, admet-il.

– « Se tourner vers Dieu » –

Dans le quartier sinistré de Gemmayzé, situé à quelques encablures du site de l’explosion, des camions chargés de panneaux d’aluminium traversent une rue essaimée de bâtisses en ruines.

Ici, les ouvriers sont plus nombreux que les piétons qui passent à la hâte devant des structures vacillantes.

Postés devant un bâtiment très médiatisé en septembre car une équipe de secouristes chiliens avait cru détecter un signe de vie sous les décombres, les travailleurs s’attèlent à déblayer les gravats.

Les pluies diluviennes lui ont assené le coup de grâce.

À quelques kilomètres de là, le quartier populaire de Karantina est désormais une zone à très haut risque.

Soufflées par l’explosion, quelques bâtisses tiennent à peine debout. Mercredi, l’une d’elles s’est écroulée en raison des intempéries.

Deux jours plus tard, des bénévoles d’une association caritative locale s’attelaient à déloger de grands blocs de béton échoués au sol.

Des policiers dépêchés sur les lieux observaient les ouvriers fortifier les murs d’un autre bâtiment frappé de plein fouet par l’explosion.

Le secteur a été bouclé à l’aide de rubans jaune et rouge, tandis que des panneaux placés aux entrées d’immeubles avertissent les passants contre un possible effondrement.

Les larmes aux yeux, un réfugié syrien ayant requis l’anonymat pleure la perte de son appartement. « Il n’y a rien à dire. Nous ne pouvons nous tourner que vers Dieu. »

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus