Masters 1000 de Paris: Medvedev retrouve des couleurs

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
268ea4afd9f030333d0c233052f8fde5db460767.jpg

Treize mois après son dernier trophée, Daniil Medvedev (5e) a retrouvé des couleurs dans le sombre huis clos de Bercy : le Russe a remporté son troisième Masters 1000 aux dépens d’Alexander Zverev (7e) 5-7, 6-4, 6-1 dimanche.

Une remise sur orbite idéale pour Medvedev, à une semaine du Masters de fin d’année à Londres, qui réunit les huit meilleurs joueurs de la saison du 15 au 22 novembre, de nouveau à huis clos.

Etincelant lors de la deuxième moitié de la saison 2019, avec trois titres (dont deux Masters 1000, Cincinnati et Shanghai) et trois finales (dont celle de l’US Open) en six tournois entre fin juillet et mi-octobre, le Russe de 24 ans n’a pas reproduit le même niveau de performance au cours de cette année, certes chamboulée par la pandémie de Covid-19. Il jouait sa première finale en 2020 dimanche.

Depuis la reprise post-confinement mi-août, l’élève de Gilles Cervera a certes atteint les quarts de finale à Cincinnati (tournoi exceptionnellement délocalisé à New York), puis le dernier carré de l’US Open, mais depuis, et jusqu’à cette semaine parisienne, il restait sur cinq défaites en huit matches. Rien qu’en une semaine il a empoché cinq victoires. Et sera récompensé par son meilleur classement lundi, au pied du podium mondial (4e).

– Zverev « garde le sourire » malgré tout –

Battu après douze victoires consécutives et deux trophées coup sur coup remportés à Cologne (Allemagne) en octobre, Zverev a lui tenu à faire passer un message au moment de la remise du trophée : « Je sais que beaucoup de gens vont essayer de me faire perdre le sourire, mais sous ce masque, j’ai un grand sourire. (…) Ces gens qui essaient, ils peuvent continuer, moi je garde le sourire même si vous ne pouvez pas le voir », a lancé l’Allemand de 23 ans, ex-N.3 mondial aujourd’hui 7e.

« Je me sens incroyablement bien sur le court, je suis entouré des personnes que j’aime, tout va super bien dans ma vie », a-t-il ajouté.

Fin octobre, une ex-compagne de Zverev, Olga Sharypova, l’a accusé de lui avoir fait subir des violences physiques et psychologiques pendant leur relation entamée en septembre 2018.

Des « allégations infondées » et « simplement pas vraies », a répondu sur les réseaux sociaux le récent finaliste de l’US Open et vainqueur du Masters 2018, très peu disert sur le sujet jusqu’à ce dimanche.

« Une des principales raisons de nos disputes était que je ne lui accordais pas toute l’attention qu’il voulait. Il me faisait me sentir coupable de passer des bons moments sans lui. Il était toxique. C’était de la violence émotionnelle », a raconté depuis la jeune femme dans le magazine Racquet, en décrivant aussi plusieurs épisodes de violences physiques dont elle dit avoir été victime.

– 7-0 –

« Il m’a fait ne plus avoir envie de vivre », lâche-t-elle encore, en précisant ne pas avoir l’intention d’engager de poursuites judiciaires.

Sur le court parisien dimanche, les deux hommes se sont d’abord rendu coup pour coup au service en multipliant les engagements nettement au-delà des 200 km/h. Sur la lancée de sa convaincante victoire contre Rafael Nadal la veille, Zverev a évité un jeu décisif dans le premier set en breakant à point nommé.

Mais Medvedev s’est accroché et a petit à petit fait reculer et dérailler son adversaire allemand. Le match a basculé à 4 jeux partout, quand le Russe a réussi son premier break. Entre 4-3 en faveur de Zverev et 4-0 en sa faveur dans la troisième manche, Medvedev a signé une série de sept jeux victorieux, dont un break blanc en ouverture du set décisif.

« J’étais mort après le deuxième set, je n’avais plus d’énergie », a reconnu Zverev, incapable de repartir au combat et finalement battu sur une ultime double faute.

Medvedev et Zverev, qui ne s’étaient plus affrontés depuis près d’un an, risquent de se retrouver très vite: tous deux font partie des huit qualifiés pour le Masters londonien, aux côtés de Novak Djokovic, Rafael Nadal, Dominic Thiem, Stefanos Tsitsipas, Andrey Rublev et Diego Schwartzman.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus