pour Véran, l’isolement des malades « justifie un débat »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’instauration de « mesures de contrôle » des personnes testées positives au Covid-19, afin qu’elles soient « mises à l’abri » pour ne pas propager le virus, « justifie un débat démocratique », a estimé dimanche le ministre de la Santé, Olivier Véran.

« Est-ce que nous sommes en mesure, aujourd’hui, d’accepter démocratiquement des mesures de contrôle des personnes qui seraient mises à l’abri, pour éviter qu’une personne potentiellement contagieuse ne sorte ? », s’est interrogé M. Véran, invité de l’émission Questions politiques de France Inter, Le Monde et franceinfo.

Cela « n’a jamais été fait dans l’histoire de notre pays, y compris pour des maladies très infectieuses comme la tuberculose », a-t-il rappelé, soulignant que ce sujet « met en tension notre rapport aux libertés fondamentales et l’histoire sociologique de notre pays ».

« La philosophie du gouvernement, c’est la responsabilisation et la confiance », a affirmé le ministre, tout en évoquant « des situations de clusters dans les entreprises qui étaient liées au fait (…) que certaines personnes, bien qu’elles se sachent positives, mais asymptomatiques, avaient fait le choix de quand même retourner travailler ».

Il a cependant observé que « les pays qui ont mis en place des mesures de sanction à l’égard de ceux qui ne respectaient pas l’isolement quand ils étaient malades font face à la même vague que nous ».

« Pas intimement convaincu » par cette approche coercitive, M. Véran a estimé que « ça justifie un débat démocratique », affirmant par la suite qu’il y aura « une réflexion sur la mise à l’abri des personnes qui sont cas positifs ».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus