Paix russe au Nagorny Karabakh

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La paix russe règne déjà au Nagorny Karabakh: après la signature de l’accord parrainé par Moscou, les soldats de la paix russes sont déployés au coeur de l’enclave, séparant les belligérants sur les nouvelles positions conquises par les forces azerbaïdjanaises.

Leur uniforme flanqué d’un écusson aux lettres « MC » — pour « forces de paix » –, ils contrôlaient déjà vendredi les abords de Stepanakert, la capitale du Nagorny Karabakh, gardant l’accès de la ligne de front toute proche désormais apaisée.

Les armes sont toujours là, mais elles se sont tues. « Toutes les lignes de front se sont calmées dès l’annonce de l’accord », raconte un sous-officier. Aux violents combats de ces sept dernières semaines et aux bombardements qui faisaient trembler chaque jour les immeubles de la ville, un calme presque étrange a succédé.

A la sortie sud-ouest de la ville, toujours sous contrôle des forces arméniennes, des dizaines de militaires russes et leurs blindés ont pris position à un carrefour.

Stepanakert, en partie défigurée par les roquettes, reste une ville fantôme. Les autorités locales ont appelé les habitants à rentrer au plus vite mais la quasi-totalité des magasins sont fermés et la dernière supérette ouverte a été dévalisée.

Internet ne fonctionne plus et le réseau portable en filigrane, court-circuité désormais par les opérateurs azerbaïdjanais.

– « Un massacre » –

La route menant à Choucha (Chouchi en arménien), fortin stratégique au sommet d’une montagne à une dizaine de kilomètres, conquis de haute lutte par les troupes de Bakou, reste interdite d’accès par les forces russes et coupée par des barrages azerbaïdjanais.

Sur le point de passage russe, des militaires arméniens aident au contrôle des véhicules empruntant une autre route vers Martouni, plus au sud de l’enclave et encore sous leur contrôle.

« On vérifie les identités, les passeports; on s’assure qu’il n’y a pas d’armes dans les véhicules, on ne bloque pas », explique une sentinelle russe. La presse n’est évidemment pas la bienvenue, mais vu le nombre de journalistes et l’objectif pacifique de la mission, il va falloir faire avec.

L’ambiance est d’ailleurs plutôt détendue. Les forces de Moscou sont manifestement bienvenues: Russes et Arméniens discutent la cigarette au bec et les pieds dans la boue. Quelques occupants des véhicules contrôlés donnent par la fenêtre baissée des provisions, un pain, des confiseries ou des cigarettes.

« Si les Russes n’était pas venus, nous aurions tout perdu », estime Artik, venu aux nouvelles, comme d’autres hommes, sur le barrage russe. « Tout est clair, tout est joué… », lâche un autre badaud, dépité.

« Ce n’était pas une guerre, c’était un massacre », confie un jeune soldat, bonnet sur les yeux, mains dans les poches de sa vareuse à col fourrure: « Les Azerbaïdjanais avaient tout, des drones, le soutien des Turcs, les mercenaires syriens… Alors oui c’est bien que les Russes soient là ».

« Sans le cessez-le-feu et leur intervention, Stepanakert aurait été envahi, ça aurait été un désastre », reprend ce volontaire.

– Cadavres et snipers –

Selon l’accord de paix, près de 2.000 soldats russes doivent être prochainement déployés dans tout le Nagorny Karabakh, autour des anciennes lignes de front de Martakert (nord) et Martouni.

La zone entourant Stepanakert revêt elle une priorité toute particulière, par la proximité des belligérants et l’importance que chaque camp y accorde: Stepanakert est la capitale de la république indépendantiste, Choucha est pour Bakou une cité historiquement azerbaïdjanaise.

Ces montagnes sont surtout stratégiques, car elles commandent l’accès à tout le Nagorny Karabakh sous contrôle arménien, ou ce qu’il en reste aujourd’hui.

Sur le barrage russe menant à Choucha, des hommes au visage fermé viennent également prendre des nouvelles de leurs proches, disparus et dont ils sont sans nouvelles. De nombreux cadavres jonchent encore la route autour de Choucha, selon un témoin.

Des négociations existent pour organiser leur collecte, espéraient vendredi soir des proches des disparus. »Il y a des snipers partout », prévient l’un d’entre eu:. « Au-delà des barrages russes, les Azerbaïdjanais sont très agressifs, ne vous aventurez surtout pas par là… »

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus