Décès du ministre des Affaires étrangères vétéran du régime d’Assad, Walid Moalem

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le principal diplomate syrien et ministre des Affaires étrangères de longue date, Walid al-Moalem, un ardent défenseur de la répression sanglante du chef du régime syrien Bashar Assad contre les manifestants pacifiques qui a déclenché un conflit vieux de dix ans, est décédé lundi, a déclaré le gouvernement.

Il n’y avait pas de détails sur la cause du décès, mais l’homme de 79 ans était depuis des années en mauvaise santé avec des problèmes cardiaques. Une source proche du régime syrien a déclaré qu’il était largement attendu que son adjoint, le diplomate vétéran Faisal Mekdad, le remplace au poste de ministre des Affaires étrangères.

Moalem, qui a été nommé pour la première fois ministre des Affaires étrangères en 2006 et était également vice-Premier ministre, a occupé une succession de postes diplomatiques de premier plan, notamment d’envoyé aux États-Unis et a été impliqué dans des négociations infructueuses avec Israël dans les années 1990 sur un règlement de paix.

« Il était connu pour ses honorables positions patriotiques », a déclaré la direction du régime dans un communiqué, ajoutant qu’il était mort à l’aube et qu’il serait enterré plus tard lundi à Damas.

Le diplomate vétéran a vu son pays s’incliner davantage vers l’Iran et la Russie, qui ont contribué à consolider le régime d’Assad et ont permis au dirigeant autoritaire de regagner la majeure partie du territoire qu’il avait autrefois perdu au profit de l’opposition.

Moalem, issu d’une famille sunnite de Damas, a défendu publiquement le rôle militaire croissant de Moscou et de l’Iran chiite, soutenu par ses mandataires en Syrie, que de nombreux opposants syriens d’Assad ont qualifié d’occupation et accusés d’alimenter les tensions sectaires dans un pays à majorité sunnite.

« Je suis prêt à être l’un des soldats d’Hassan Nasrallah », a déclaré Moalem en août 2006, faisant référence au chef de la milice libanaise soutenue par l’Iran, le Hezbollah, qui a envoyé ces dernières années des milliers de ses membres combattre aux côtés des forces d’Assad.

La Syrie a éclaté dans la guerre civile il y a près de dix ans après qu’Assad a lancé en 2011 une répression contre les manifestants appelant à la fin de son régime autoritaire.

Moalem a accusé les États-Unis et d’autres pays occidentaux d’alimenter les troubles dans son pays et a qualifié les membres de l’opposition de «terroristes» dans un conflit qui a tué des centaines de milliers de personnes et conduit à l’exode de millions de réfugiés.

Les dernières déclarations du diplomate chevronné ont attaqué la loi César – les sanctions américaines les plus dures à ce jour contre Damas qui sont entrées en vigueur en juin dernier, affirmant qu’elles étaient censées affamer les Syriens. Il a juré que son pays obtiendrait une aide économique de l’Iran et de la Russie pour adoucir son coup.

Washington affirme que le but des nouvelles sanctions est de tenir Damas responsable des crimes de guerre et de le dissuader de poursuivre la guerre. Les sanctions exemptent l’aide humanitaire.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus