Les pays asiatiques portent l’alerte COVID-19 au plus haut niveau

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les pays de la région Asie-Pacifique ont signalé un nombre record de nouveaux coronavirus et de nouvelles flambées des mois après avoir maîtrisé leur charge de travail. Les cas quotidiens de coronavirus à Tokyo et en Corée du Sud ont atteint de nouveaux sommets mercredi, alors que New Delhi, recouverte de pollution, luttait contre une augmentation des cas et l’Australie a signalé une souche de virus très contagieuse qui a forcé un verrouillage à l’échelle de l’État.

Une résurgence en Asie pourrait entraver les perspectives d’une réouverture plus large nécessaire pour stimuler la reprise économique, contrecarrer les projets de «bulle de voyage» et les inquiétudes du public au Japon, qui se prépare à accueillir les Jeux Olympiques l’année prochaine. Les autorités de Tokyo ont annoncé près de 500 nouveaux cas de coronavirus, la plus forte augmentation quotidienne dans la capitale japonaise depuis le début de la pandémie, au milieu d’un pic d’infections à l’échelle nationale.

Le gouvernement métropolitain de Tokyo a signalé 493 nouveaux cas mercredi, dépassant le précédent record de la ville de 472 enregistré le 1er août, lors du pic de la vague d’infections précédente au Japon. Le nombre record de nouveaux cas est survenu alors que le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, a terminé sa visite au Japon pour discuter avec les officiels olympiques japonais de la manière d’accueillir en toute sécurité les jeux, qui ont été reportés à juillet prochain en raison de la pandémie. Le Japon a connu une augmentation constante du nombre de nouveaux cas dans tout le pays ces dernières semaines et les experts ont exhorté les responsables à renforcer les mesures préventives.

La Corée du Sud a enregistré sa plus forte augmentation quotidienne d’infections à coronavirus en près de trois mois alors qu’elle s’apprête à resserrer les règles de distanciation sociale dans la grande région de Séoul. L’Agence coréenne de contrôle et de prévention des maladies a signalé 313 nouveaux cas mercredi, portant le total du pays à 29 311, dont 496 décès. C’est la première fois que la charge de travail quotidienne du pays dépasse les 300 depuis fin août.

En Australie, un État a imposé un verrouillage de six semaines après qu’une nouvelle épidémie à Adélaïde s’est étendue à 22 cas. L’Australie-Méridionale a interdit aux gens de quitter leur domicile, imposé des masques, réduit les heures d’école, d’usines et de restaurants, et interdit les funérailles et les mariages. Le gouvernement de l’État a averti que la souche de virus détectée dans les nouveaux cas était très contagieuse avec un taux d’infection de 24 heures.

« Nous allons dur et nous allons tôt. Le temps presse et nous devons agir rapidement et de manière décisive », a déclaré le Premier ministre australien du Sud, Steven Marshall, tel que rapporté par Reuters. « Nous avons une chance, une chance, et nous y consacrerons toutes nos ressources parce que nous connaissons les conséquences d’une erreur », a déclaré Marshall.

Les infections mondiales ont dépassé les 55 millions avec plus de 1,3 million de décès, et les pics inquiétants ont forcé les gouvernements à réimposer des restrictions profondément impopulaires et économiquement dévastatrices sur les mouvements et les rassemblements. Les États-Unis sont en tête avec 11,3 millions de cas, suivis de l’Inde avec 8,9 millions et du Brésil avec 5,9 millions. La France a dépassé les 2 millions de cas confirmés de coronavirus, le quatrième total le plus élevé au monde.

L’Europe a été particulièrement touchée par une deuxième vague de la pandémie, avec des freins réimposés, souvent face aux protestations, de la Grèce à la Grande-Bretagne. L’augmentation quotidienne du nombre de décès en Grande-Bretagne a porté le total du pays à 52839 mercredi, le plus grand nombre de décès liés au virus en Europe. On pense que le bilan réel est plus élevé car le décompte du gouvernement n’inclut que ceux qui sont décédés dans les 28 jours suivant le test positif pour le virus et n’inclut pas ceux qui sont décédés sans avoir été testés.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus