Les membres du groupe de Minsk se réunissent pour discuter des «  ambiguïtés  » de l’accord avec le Karabakh

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les diplomates français et américains doivent s’entretenir avec la Russie mercredi à Moscou pour discuter des ambiguïtés dans l’accord de cessez-le-feu Azerbaïdjan-Arménie pour la région du Haut-Karabakh, a déclaré mardi le ministre français des Affaires étrangères.

« Demain, nous aurons une réunion à Moscou avec les envoyés liés au dossier pour lever les ambiguïtés entourant le cessez-le-feu », a déclaré Jean-Yves Le Drian aux parlementaires.

« Nous devons lever les ambiguïtés sur les réfugiés, la délimitation du cessez-le-feu, la présence de la Turquie, le retour des combattants et sur le début des négociations sur le statut du Haut-Karabakh », a-t-il déclaré comme le rapporte l’Agence France-Presse (AFP).

Le président russe Vladimir Poutine a négocié le cessez-le-feu entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, qui a permis à l’Azerbaïdjan de consolider ses gains sur le territoire après plusieurs semaines de combats. Mais les pourparlers n’ont impliqué ni la France ni aucun autre pays occidental.

Le Drian a déclaré que les questions seraient discutées lors d’une réunion à Moscou de diplomates du soi-disant groupe de Minsk – qui a été créé par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) – un atelier de discussion qui tente de trouver un solution au conflit, coprésidé par la France, la Russie et les États-Unis.

Le Drian a également nié que la France ait été passive dans le conflit en ne soutenant pas l’Arménie, affirmant que « des discussions ont déjà commencé » sur le statut futur du Haut-Karabakh avec Poutine et les États-Unis.

« Le cessez-le-feu était essentiel pour sauver des milliers de vies. Mais il y a des ambiguïtés », a déclaré Le Drian.

Le département d’Etat américain a soutenu le point de vue de la France, affirmant qu’il y avait encore des questions que les Russes devaient clarifier sur l’accord, « et cela incluait le rôle des Turcs ».

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, lors d’une visite en Géorgie, qui borde les deux parties au conflit, a déclaré que le cessez-le-feu n’était qu’une première étape vers la création d’un règlement pacifique.

Il a exhorté toutes les parties à commencer à parler sous les auspices du Groupe de Minsk.

Le cessez-le-feu signé par les dirigeants de l’Arménie, de l’Azerbaïdjan et de la Russie le 10 novembre a mis fin à l’action militaire dans et autour du Haut-Karabakh, une enclave internationalement reconnue comme faisant partie de l’Azerbaïdjan mais peuplée d’arméniens de souche. Quelque 2 000 soldats de la paix russes sont déployés dans la région.

S’exprimant avant la réunion prévue du Groupe de Minsk, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a déclaré que l’Azerbaïdjan ne négocierait pas un statut spécial pour la région du Haut-Karabakh. Il a également souligné que le Haut-Karabakh est un territoire azerbaïdjanais.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus