Les médias sociaux utilisés pour reconstruire l’explosion tragique de Beyrouth

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’un des éléments les plus horribles de l’explosion dévastatrice du 4 août à Beyrouth, qui a fait plus de 200 morts et plus de 6 500 blessés, est qu’elle aurait pu être facilement évitée. À l’aide de vidéos de l’événement partagées sur les réseaux sociaux, les chercheurs en criminalistique ont pu reconstituer exactement ce qui s’est passé, y compris la négligence choquante qui a conduit à la tragédie.

Avant que tout le monde ne documente le monde qui les entoure à l’aide de smartphones et de médias sociaux, déterminer ce qui a provoqué des événements comme l’explosion de Beyrouth était un processus plus long et plus compliqué. Les chercheurs en criminalistique ont peut-être eu à l’occasion la vidéo d’une caméra de circulation ou de sécurité qui leur permettait de rejouer et de disséquer des événements comme celui-ci, mais pour la plupart, ils ont dû s’appuyer sur une analyse détaillée des conséquences, y compris les débris et les dommages en résultant puis associez-le à une connaissance approfondie des explosifs pour déterminer la cause exacte.

Quelques minutes après l’explosion du 4 août, ceux qui enregistraient l’incendie initial de l’entrepôt et capturaient l’explosion ultérieure sur leurs smartphones ont commencé à partager leurs vidéos sur Twitter, Facebook et d’autres plateformes de médias sociaux. Il n’a pas fallu longtemps aux gens du monde entier pour être témoins de ce qui s’était passé, et ces vidéos sont finalement devenues un outil crucial pour les experts d’un groupe de recherche de l’Université de Londres, Architecture médico-légale, pour reconstruire ce qui a provoqué la formidable explosion qui a eu le même rendement que près de 1,5 kilotonne de TNT.

Leurs conclusions sont partagé dans cette vidéo de 12 minutes qui utilise des vidéos aléatoires capturées dans toute la ville pour tout reconstruire, des panaches de fumée qui ont commencé à monter de l’entrepôt à l’explosion elle-même. Malheureusement, cela n’a servi qu’à confirmer ce que beaucoup soupçonnaient de se passer ici. Six ans auparavant, en octobre 2014, 2750 tonnes de nitrate d’ammonium (un engrais à haute teneur en azote qui sert également d’ingrédient dans les explosifs utilisés pour l’exploitation minière) avaient été déchargées sur les quais de Beyrouth et stockées dans un entrepôt voisin. Au fil des ans, plusieurs rapports ont mis en garde contre les risques pour la sécurité du matériel stocké là-bas, y compris un rapport alarmant d’un expert en chimie médico-légale en février 2015, qui a constaté que 70% des près de 3000 sacs contenant du nitrate d’ammonium avaient été déchirés, avec le matériau cristallin se répandant.

Des reportages et des photos prises à l’intérieur du bâtiment avant l’incident ont également révélé que, bien qu’il contienne des milliers de tonnes de matières explosives, l’entrepôt a également été utilisé pour stocker 23 tonnes de feux d’artifice, plus de 1000 pneus de voiture en caoutchouc et cinq rouleaux de brûler un cordon détonant. Selon les chercheurs en criminalistique et les experts en ingénierie, le contenu de l’entrepôt, y compris comment et où les différents matériaux étaient stockés, a essentiellement créé une bombe de fortune en attente de exploser.

Dans le cadre de l’enquête, les modèles 3D développés par Forensic Architecture, y compris l’entrepôt, les nuages ​​de fumée, la sphère de l’explosion initiale et des parties de la ville de Beyrouth détaillant où plusieurs vidéos de référence avaient été capturées, ont été réalisés disponible en téléchargement sur GitHub. À ce stade, il n’y a aucun doute sur la raison pour laquelle l’explosion à Beyrouth a été aussi grave qu’elle l’était, mais cette recherche contribuera, espérons-le, à de nouvelles directives sur la manipulation et le stockage sûrs de ces types de matériaux, ainsi qu’à de nouvelles méthodes de responsabilisation. Espérons que lorsque des drapeaux rouges seront soulevés à l’avenir, il y aura des mesures ultérieures pour empêcher que de tels incidents ne se reproduisent.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus