au procès de l’attaque du Thalys, la version du tireur

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

« J’ai visé sa tête… et je n’ai pas pu ». Au procès de l’attentat déjoué du Thalys, le principal accusé Ayoub El Khazzani a livré mercredi sa version des faits, un scénario confus d’attaque qui ne visait selon lui que des soldats américains mais qu’il n’a pas été capable de mener à bout.

Ce 21 août 2015, après avoir pris un café à la gare de Bruxelles, le Marocain monte dans le train Amsterdam-Paris, muni d’une kalachnikov et de trois cents munitions. Il agit sur ordre d’Abdelhamid Abaaoud, arrivé avec lui en Europe depuis la Syrie pour piloter la cellule jihadiste qui coordonnera aussi les attentats de novembre 2015 à Paris et de mars 2016 à Bruxelles.

« Je me suis assis à ma place. J’ai commencé à chercher les gens dont il m’avait parlé, des soldats américains, des gens de la Commission européenne. Honnêtement c’était pour les tuer », raconte l’accusé, 31 ans, en veste de sport blanche, les mains croisées devant lui.

« Je regardais les gens autour, j’ai vu des femmes, des hommes âgés… J’ai hésité. Puis j’ai repéré les Américains », poursuit-il.

– « Comment vous les avez reconnu ? », demande le président.

– « Abaaoud m’avait expliqué que c’était des jeunes, costauds, qu’ils parlaient anglais ».

– « C’est tout ? »

– « Oui ».

– « C’est quand même très léger », note, sceptique, le président, qui n’obtiendra pas non plus de réponses sur « la Commission européenne » qu’Ayoub El Khazzani avait aussi pour ordre de cibler.

– « Je n’ai pas pu » –

« J’ai pris la décision d’attaquer les soldats américains », continue l’accusé via une interprète. Il cherche sur internet un chant religieux. Abdelhamid Abaooud « m’avait dit +ça va te donner l’envie, la détermination+ », ajoute-t-il.

« Je suis parti aux toilettes, j’étais en pleine hésitation… je me disais +je vais tuer des gens+, j’étais dans un état… comme si j’allais me jeter d’une falaise », continue Ayoub El Khazzani, qui décrit son « cœur qui bat dans la gorge ». « J’ai ouvert la valise, mis mon sac à dos (rempli de munitions) devant moi, mon pistolet à la ceinture et ma kalachnikov dans la main. Je tremblais ».

Quand il sort des toilettes, il se retrouve nez à nez avec Mark Moogalian, professeur d’anglais à la Sorbonne. « Il m’a souri. Quand j’ai vu son sourire, ça m’a rappelé que ce sont des gens, des humains que je vais tuer ».

Il lui fait « un signe de la tête pour qu’il parte ». Mais le passager attrape la kalachnikov alors Ayoub El Khazzani sort son pistolet et lui tire dans le dos. « Je visais la main », soutient-il, « c’était un réflexe ».

Au premier rang dans la salle d’audience, M. Moogalian, gravement blessé lors de l’attaque, écoute la tête baissée, la main dans celle de sa femme.

Ayoub El Khazzani dit ensuite repérer Spencer Stone, le soldat de l’armée de l’air américaine en vacances avec des amis. « J’ai visé sa tête… Je n’ai pas pu. Je ne peux pas vous expliquer, c’était trop (…) je l’ai laissé m’attraper ».

– « Pas les civils » –

Plusieurs témoins ont assuré l’avoir vu armer son fusil d’assaut et entendu des déclics métalliques.

L’accusation affirme qu’Ayoub El Khazzani a été empêché de commettre un massacre dans le train à cause de munitions défectueuses et de l’intervention des passagers qui l’ont maîtrisé.

Pendant plusieurs heures, le président interroge celui qui se présente aujourd’hui comme un jihadiste repenti sur les détails de l’opération, lui demande de « jouer franc jeu ».

« Je ne sais pas », « je n’ai pas demandé », « c’est Abaaoud qui m’a dit de »… répond-il mollement, évoquant de nombreux « trous noirs ».

-« C’est un peu inquiétant, vous ne posez aucune question », s’exaspère le président.

-« Non ».

-« Vous êtes une marionnette en fait ? »

– « Oui ».

« Avec le recul qu’on a aujourd’hui », dit l’avocat des Américains, Me Thibault de Montbrial, « on sait que 100% des attentats planifiés par Abaaoud sont des attentats de masse. Pourquoi le Thalys aurait été l’exception ? »

Ayoub El Khazzani, dont la voix s’était emplie de sanglots en évoquant les bombardements occidentaux de civils en Syrie, hausse légèrement la voix. « Parce que j’avais posé mes conditions », répond-il, « pas les civils ».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus