Le dirigeant du Cachemire sollicite le soutien de l’OCI et de l’Union africaine pour mettre fin au génocide dans une région contestée

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le président du Jammu-et-Cachemire administré par le Pakistan, également connu sous le nom d’Azad Cachemire, a appelé l’Organisation de la coopération islamique (OCI) et l’Union africaine (UA) à intervenir et à mettre fin à ce qu’il a appelé le génocide et le régime d’apartheid en cours en Inde. administré au Cachemire.

Dans une déclaration, Sardar Masood Khan a exhorté les dirigeants de l’OCI et l’UA à mettre fin au prétendu colonialisme de colonisation dans le Jammu-et-Cachemire sous administration indienne.

Khan fait partie de la délégation du ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi qui est arrivée mercredi à Niamey, au Niger, pour assister à la réunion de deux jours des ministres des Affaires étrangères de l’OCI, vendredi et samedi.

S’adressant aux médias locaux, Khan a remercié le Niger, le membre fondateur du groupe de contact de l’OCI sur le Jammu-et-Cachemire, pour son soutien constant au droit du peuple cachemirien à l’autodétermination, selon Anadolu Agency (AA).

Le groupe de contact, a-t-il dit, a été établi sous la surveillance du secrétaire général de l’OCI de l’époque, Hamid Algabid, qui est également Premier ministre et secrétaire des Affaires étrangères du Niger.

« Le peuple du Jammu-et-Cachemire est reconnaissant au peuple et au gouvernement du Niger pour leur position directe sur le Cachemire », a déclaré Khan, ajoutant qu’au cours du siècle dernier, de nombreux pays africains se sont libérés du colonialisme et ont rejoint les Nations Unies après une indépendance difficile. luttes.

« Le peuple du Jammu-et-Cachemire a également commencé sa lutte pour la liberté et l’autodétermination en 1947, mais une grande partie de l’État du Jammu-et-Cachemire est détenue en captivité par l’Inde », a-t-il déclaré. << Au cours du dernier trimestre de l'année, plus de 2 millions d'Hindous d'Inde ont été transférés et installés illégalement dans le territoire occupé pour modifier la composition démographique de l'État occupé. Cela est inacceptable pour le peuple du Jammu-et-Cachemire, et cela constitue une violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU sur le Cachemire, ainsi que du droit international », a-t-il ajouté.

Le président de l’Azad Cachemire a déclaré que le Pakistan et le Niger avaient entretenu des relations étroites et collaboré bilatéralement ainsi que dans des forums multilatéraux. Khan espérait que le Niger utiliserait son influence au sein de l’OCI et de l’UA pour demander justice pour le peuple du Jammu-et-Cachemire.

Le différend du Cachemire, l’un des plus anciens à l’ordre du jour du Conseil de sécurité de l’ONU, a éclaté entre l’Inde et le Pakistan en 1947. Depuis 1947, plus de 94 000 Cachemiris ont été tués lors d’affrontements avec les autorités indiennes, selon des sources pakistanaises. Islamabad a exhorté la communauté internationale à s’acquitter de son obligation morale et juridique en donnant aux Cachemiris la possibilité de réaliser leur droit inaliénable à l’autodétermination conformément aux résolutions du Conseil de sécurité.

Le Pakistan et l’Inde ont une histoire de relations amères. Les deux voisins ont mené deux de leurs trois guerres sur le territoire. La plupart des Cachemiris soutiennent l’unification du territoire, soit sous la domination pakistanaise, soit en tant que pays indépendant.

Le Pakistan et l’Inde s’accusent régulièrement mutuellement d’attaques non provoquées le long de la frontière tendue du Cachemire en violation d’un accord de cessez-le-feu de 2003. Le Pakistan affirme que l’Inde a violé la trêve plus de 2 000 fois cette année seulement. Les relations se sont encore tendues depuis août de l’année dernière, lorsque l’Inde a révoqué le statut semi-autonome de la région à majorité musulmane, vieille de plusieurs décennies, provoquant la colère des deux côtés de la frontière. Depuis lors, les troupes ont fréquemment échangé des tirs, laissant des dizaines de civils et de soldats morts des deux côtés.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus