Après deux nouveaux séismes au nord de Strasbourg, la géothermie en question

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un séisme de magnitude 3,5 lié au développement d’un projet de centrale géothermique a réveillé vendredi matin les habitants de l’agglomération de Strasbourg, suivi d’un autre de magnitude 2,8, entraînant l’arrêt des activités de la centrale par l’exploitant et la remise en cause du projet par des élus.

Le Réseau national de surveillance sismique (Rénass) a classé ce tremblement de terre survenu à 06H59 comme « induit », c’est-à-dire provoqué par l’activité humaine. L’épicentre du séisme se trouve à une dizaine de kilomètres au nord de Strasbourg, à proximité de la centrale géothermique de l’entreprise Fonroche pas encore mise en exploitation, sur les communes de Vendenheim et Reichstett.

Sur ce site, deux puits distants d’un kilomètre ont été creusés, profonds de cinq kilomètres, afin de pomper l’eau chaude souterraine pour en exploiter en surface le potentiel énergétique, avant de la réinjecter sous pression dans le sous-sol.

Un porte-parole de Fonroche a confirmé à l’AFP que la secousse était bien liée à ces activités. Dans un communiqué, la société a annoncé le déclenchement d’une procédure de diminution progressive de la circulation d’eau dans les puits, vers un « arrêt total ». La procédure « se déroulera sur environ un mois », précise Fonroche.

– « Psychose » –

Cette secousse intervient après plusieurs autres tremblements de terre moins intenses enregistrés depuis 13 mois et liés à l’activité de géothermie.

Elle a provoqué « une psychose » chez les habitants des communes proches de l’épicentre, a déclaré à l’AFP Georges Schuler, le maire de Reichstett. Celui-ci a fait état de quelques dégâts matériels et de nombreux appels de riverains paniqués. « C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Nous demandons l’arrêt définitif de l’exploitation du site », a-t-il déclaré à l’AFP… juste avant une nouvelle réplique, de magnitude 2,8 enregistrée dans la même zone à 11H10.

D’autres élus des groupes d’opposition de la métropole de Strasbourg se sont également exprimés pour dénoncer le projet.

« Arrêtons de jouer aux apprentis-sorciers », a intimé Jean-Philippe Vetter, président du groupe Les Républicains, dénonçant « l’aveuglement idéologique » des élus écologistes favorables à la centrale de géothermie, et exigeant une transparence « totale ».

Les dirigeants de l’Eurométropole n’ont pas réagi aux sollicitations de l’AFP.

Un abandon du projet n’est cependant pas à l’ordre du jour, a fait savoir le porte-parole de Fonroche. « Le retour d’expérience des autres centrales dans la vallée rhénane montre qu’une fois qu’elles tournent, elles ne provoquent pas spécialement de sur-réaction de la roche ».

La société avait obtenu en 2016 du préfet une autorisation de forage, contre l’avis des élus des communes concernées. Elle a jusqu’ici investi près de 90 millions d’euros dans cette centrale qui vise à alimenter l’équivalent de 10.000 logements en électricité, et 26.000 en chaleur directe.

– Sismicité « déclenchée » –

La controverse s’amplifie depuis l’enregistrement d’un séisme de magnitude 3,1 le 12 novembre 2019. Son épicentre était situé à 5 kilomètres du site de géothermie. Considéré comme étant d’origine naturelle par Fonroche, il a été classé « induit » par le Rénass.

« Dans la sismicité induite, il faut distinguer deux phénomènes », explique Jean Schmittbuhl, directeur de recherche au CNRS en sismologie. « Il y a ceux liés à la mise en pression très directe du fluide. C’est ce qui s’est passé ces dernières semaines jusqu’à ce matin. Et il y a la sismicité dite déclenchée, quand le système, naturellement, était très proche de rompre, et que l’activité humaine constitue l’élément déclencheur. C’est ce qui s’est vraisemblablement passé l’an dernier ».

D’autres expertises, menées à la demande de la préfecture par l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) et par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) n’ont pas permis de définir avec certitude l’origine du séisme de 2019.

Celui-ci avait néanmoins entraîné l’arrêt des opérations d’injection d’eau sur le site de géothermie, mais la construction de la centrale de transformation de l’énergie thermique en électricité, elle, s’était poursuivie.

En septembre, la préfecture du Bas-Rhin avait autorisé la réalisation de tests dans les puits de la centrale afin trancher la question de l’origine du séisme. Mais ces tests ont provoqué, en octobre et novembre, une nouvelle série de secousses, de magnitude plus faibles, comprises entre 1,1 et 2,7, mais suffisantes pour susciter la crainte des habitants vivant à proximité.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus