En Irak, le marché de gros de Mossoul fourmille de nouveau

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Echoppes, abattoirs ou stands, tout fourmille comme avant au marché de gros d’al-Borsa à Mossoul, carrefour commerçant historique du Moyen-Orient. Mais les chantiers en cours pour restaurer 200 boutiques encore à terre rappellent que la guerre est bien passée par là.

Depuis la libération en juillet 2017 de cette grande ville du nord de l’Irak, ravagée par trois années d’occupation du groupe jihadiste Etat islamique (EI) et des mois de combats urbains pour le déloger de la cité, Abdallah Mahmoud participe à la relance du marché.

Aujourd’hui, 300 étals lèvent de nouveau chaque jour leurs rideaux de fer et l’agitation des grandes heures a repris, entre chargements de cartons et déchargements de camions.

Avant la prise de la ville par l’EI en 2014, les échanges commerciaux d’al-Borsa « atteignaient 12 à 13 millions de dollars » chaque mois, dit à l’AFP l’économiste Mohammed Naëf, originaire de Mossoul. « Aujourd’hui, ils plafonnent entre huit et dix millions de dollars car de nombreux commerçants ont fui et ne sont toujours pas revenus. »

Mais la tendance est bien là: régulièrement, les transactions augmentent et avec elles le nombre d’emplois disponibles dans un pays où le chômage touche officiellement un habitant sur cinq.

« Al-Borsa a ouvert en 1990. Au fil des ans, l’amas de petits stands est devenu le plus important marché de gros de Ninive », aujourd’hui la troisième plus grande province d’Irak dont Mossoul est le chef-lieu, raconte Abdallah Mahmoud, 27 ans, dans son magasin d’éponges, de produits nettoyants et autres serpillières.

– Temps et énergie gagnés –

Trente ans plus tard, « al-Borsa a quasiment retrouvé sa vitesse de croisière, mais l’Etat doit encore indemniser les commerçants qui ont tout perdu dans la guerre », exhorte Younès Abed, épicier de 50 ans venu acheter de quoi remplir les étagères de son échoppe dans l’ouest de Mossoul.

Dans un pays où l’industrie a été quasiment détruite depuis l’invasion américaine qui a renversé le président Saddam Hussein en 2003 et où l’agriculture ne représente plus que 5% du PIB — mais 20% des emplois –, les producteurs locaux peinent toutefois à tirer leur épingle du jeu.

Ahmed al-Chemmari, commerçant de 42 ans à al-Borsa, avoue lui-même ne pas acheter local: « 90% des produits sont importés, seuls 10% sont fabriqués localement, comme des produits d’entretien, des gâteaux et d’autres produits manufacturés. »

Malgré tout, al-Borsa apporte une respiration bienvenue à des petits producteurs étouffés par la pire crise économique de l’histoire de l’Irak qui encaisse la chute des prix du pétrole, unique source de devises et quasiment seule recette de l’Etat.

Khalaf Oueid, 35 ans, peut ainsi proposer tous ses fruits et légumes sur un seul étal à al-Borsa. « Ca me fait gagner un temps fou et beaucoup d’énergie. Avant, je devais aller les vendre sur des petits marchés dans des localités hors de Mossoul », dit-il à l’AFP.

« Maintenant, j’arrive tôt le matin et ce sont les petits vendeurs qui achètent ma marchandise pour achalander leurs propres étals sans que je me fatigue comme avant », se félicite l’agriculteur.

– « Surtout pour regarder » –

La réouverture d’al-Borsa a aussi aidé Walid Ghanem, boucher de 32 ans: « Depuis la libération, on devait égorger nos bêtes à même le trottoir et on ne savait pas où les vendre, mais aujourd’hui on a de nouveau des étals et les abattoirs publics agréés. »

Toutefois, au-delà de la relance de ce marché, Mossoul, comme toutes les villes d’Irak, paye le prix de la crise économique aggravée par le confinement pour endiguer la pandémie mondiale de Covid-19 et la chute des prix du pétrole.

Oum Saad, qui se fournit à al-Borsa pour approvisionner sa petite épicerie non loin de la Vieille ville, tempère l’optimisme des autres.

« L’économie est au ralenti à cause des retards dans le payement des salaires », assure-t-elle, alors que le gouvernement paye désormais chaque mois avec deux ou trois semaines de retard ses huit millions de fonctionnaires et retraités.

« Il y a beaucoup de monde dans les allées d’al-Borsa, mais ce sont surtout des gens qui regardent, peu achètent en réalité car ils n’en ont pas les moyens. »

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus