six mineurs présentés à un juge après le meurtre d’une collégienne de 14 ans

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Six adolescents âgés de 14 à 16 ans ont été présentés mercredi à un juge d’instruction, dans le cadre de l’enquête sur le meurtre d’une collégienne de 14 ans poignardée lundi à Saint-Chéron (Essonne) lors d’une rixe entre jeunes, a annoncé la procureure d’Evry.

Le parquet a requis le placement en détention provisoire de l’un d’eux, âgé de 16 ans, pour meurtre sur mineur de 15 ans, violences aggravées et participation à un groupement en vue de commettre des violences, a indiqué la magistrate Caroline Nisand.

Déjà connu pour deux infractions, mais sans lien avec des faits de violences, cet adolescent a reconnu « son implication dans le coup mortel », avait indiqué mardi la procureure.

A l’encontre des cinq autres mineurs, le parquet a proposé la qualification de violences aggravées et un placement sous contrôle judiciaire, avec interdiction de paraître en Ile-de-France et interdiction de contact avec les coauteurs, les victimes et leur famille.

Selon le communiqué de la procureure, la rivalité entre des mineurs de Dourdan et de Saint-Chéron (Essonne) remonte à cet été « sur fond de messages, d’insultes et de provocations sur les réseaux sociaux ».

Lundi, plusieurs mineurs de Dourdan s’étaient rendus à Saint-Chéron pour « en découdre ». Dans la rixe, « à coups de poing et de pieds », un des mineurs de Dourdan a donné un coup de couteau mortel à l’adolescente de 14 ans, décédée lundi soir à l’hôpital.

Dans une autre commune de l’Essonne, à Boussy-Saint-Antoine, un adolescent de 14 ans a été tué mardi dans un autre affrontement entre bandes de jeunes. Les deux affaires ne semblent pas être liées, selon le parquet.

A Boussy-Saint-Antoine, le garçon a été tué d’un coup de « couteau au thorax, qui a touché le coeur », a précisé à l’AFP la procureure, alors qu’une source policière avait indiqué dans un premier temps qu’il avait été poignardé « au ventre ».

Un deuxième jeune homme, blessé à la gorge, est sorti du « bloc opératoire et son pronostic vital n’est plus engagé », a indiqué le parquet.

Sept jeunes restaient en garde à vue pour la rixe mortelle de mardi à Boussy-Saint-Antoine, dont le garcon de 15 ans qui s’était rendu à la gendarmerie, accompagné de sa mère, en se présentant comme l’auteur du coup mortel.

Les six autres, interpellés après les affrontements, ont 17 ans.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus