Au moins 75 morts dans des émeutes carcérales en Équateur

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Au moins 75 détenus sont morts mardi et plusieurs autres ont été blessés dans des émeutes qui auraient été déclenchées par des rivalités entre gangs dans trois prisons du système pénitentiaire surpeuplé de l’Équateur, ont indiqué les autorités.

Alors que les forces de sécurité se battaient pour reprendre le contrôle, des membres de la famille désemparés attendaient désespérément des nouvelles devant la prison de la ville portuaire de Guayaquil, dans l’ouest de l’Équateur, où des responsables ont déclaré 21 morts.

33 autres sont morts à la prison de Cuenca dans le sud et huit à Latacunga dans le centre du pays sud-américain, selon Edmundo Moncayo, directeur de l’organisme gouvernemental de gestion des prisons SNAI.

«Nous voulons que la liste des morts nous soit donnée», a déclaré Daniela Soria, 29 ans, l’une des 40 femmes à l’extérieur de la prison de Guayaquil, dont beaucoup en larmes.

« Nous savons que les problèmes ne sont pas terminés car tout le monde a un téléphone et mon mari ne m’appelle pas », a-t-elle déclaré à l’Agence France-Presse (AFP).

Auparavant, elle avait reçu un message vocal WhatsApp de son mari, Ricardo, qu’elle a diffusé pour l’AFP. « Ils vont me tuer, me faire sortir d’ici! » on l’entendait s’exclamer, la dernière qu’elle entendit de lui.

Le président équatorien Lenin Moreno, sur Twitter, a attribué les émeutes à des «organisations criminelles» engagées dans «des actes de violence simultanés dans plusieurs prisons».

Les autorités, a-t-il dit, « agissent pour reprendre le contrôle ».

L’armée a été déployée pour aider la police à réprimer le soulèvement.

Le bureau du défenseur public, une entité s’apparentant à un médiateur mis en place pour défendre les droits de l’homme, a qualifié la violence de « massacre sans précédent » et a exprimé sa « préoccupation face au manque de sécurité dans le pays, qui se traduit par l’augmentation de la criminalité et de la violence à l’intérieur de ces établissements pénitentiaires. « 

Le parquet a déclaré que plusieurs détenus avaient été blessés lors de combats entre «bandes criminelles», dont deux à Guayaquil dans un état grave.

Plusieurs policiers ont également été blessés, a déclaré Moncayo, mais aucun décès n’a été signalé parmi le personnel de sécurité.

Le Cmdr de police. Patricio Carrillo a qualifié la situation de « critique », tandis que le ministre de l’Intérieur Patricio Pazmino a créé un poste de commandement centralisé pour répondre à ce qu’il a qualifié d ‘ »action concertée des organisations criminelles pour générer la violence dans les centres pénitentiaires ».

Les autorités pénitentiaires ont décrit de violents combats entre des gangs organisés qui portent des noms tels que Los Pipos, Los Lobos et Tigrones. Ils dépendent du trafic de drogue et exploitent leurs entreprises criminelles depuis la prison.

Moncayo a déclaré aux journalistes que lundi, les gardiens ont saisi deux armes à feu qui devaient être utilisées pour tuer le chef d’un groupe emprisonné à Guayaquil.

« A l’intérieur, c’est comme un marché. Il y a de tout: de la drogue, des armes, même des chiots. Tout est vendu », a déclaré Soria, la femme du prisonnier Ricardo.

Afin de réduire le nombre de prisonniers au milieu de l’épidémie de coronavirus, le gouvernement a commué les peines des personnes reconnues coupables d’infractions mineures, réduisant la surpopulation de 42% à 30%.

Cela laisse encore le système pénitentiaire équatorien, avec une capacité de 29 000 détenus dans une soixantaine d’établissements, avec une population de 38 000 détenus.

Il y a 1 500 gardes pour les surveiller.

Pénurie de gardes

La SNAI a déclaré qu’une pénurie de personnel « entrave la réponse immédiate » aux révoltes de prisonniers.

L’année dernière, des conflits entre détenus ont fait 51 morts, selon les chiffres de la police.

Un état d’urgence de 90 jours dans les prisons du pays a été ordonné par Moreno l’année dernière pour tenter de maîtriser les activités des gangs et de réduire la violence.

Mais rien qu’en décembre, les troubles dans les prisons ont fait 11 morts et 7 blessés.

Les émeutes de mardi ont coïncidé avec une marche de centaines d’indigènes à Quito pour demander un recomptage des voix après le premier tour des élections présidentielles de ce mois-ci ayant vu leur candidat laissé pour compte.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus