L’Australie adopte une loi obligeant Google et Facebook à payer pour les actualités

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le parlement australien a adopté jeudi une loi historique obligeant les géants mondiaux du numérique à payer pour le contenu des nouvelles locales, dans un mouvement étroitement surveillé dans le monde entier.

La loi a été facilement adoptée après un accord de dernière minute qui a édulcoré les règles contraignantes que Facebook et Google s’étaient farouchement opposés en échange de l’acceptation par les géants de la technologie de payer les entreprises de médias locales.

La nouvelle loi ouvre la voie à Google et Facebook pour investir des dizaines de millions de dollars dans des accords de contenu local et pourrait s’avérer un modèle pour résoudre les querelles des entreprises avec les régulateurs du monde entier.

Google va désormais payer pour le contenu d’actualités qui apparaît sur son produit «Showcase» et Facebook devrait payer les fournisseurs qui apparaissent sur son produit «Actualités», qui doit être déployé en Australie plus tard cette année. Les régulateurs avaient accusé les entreprises, qui dominent la publicité en ligne, de drainer de l’argent des organes de presse traditionnels tout en utilisant leur contenu gratuitement.

Les grandes entreprises technologiques s’étaient farouchement opposées à la législation dès le départ, craignant qu’elle ne menace leurs modèles commerciaux. En particulier, les entreprises se sont opposées aux règles qui rendaient obligatoires les négociations avec les entreprises de médias et donnaient à un arbitre australien indépendant le droit d’imposer un règlement monétaire.

Cette perspective a été considérablement réduite par les amendements de dernière minute du gouvernement. « Il est important de noter que le code encourage les parties à entreprendre des négociations commerciales en dehors du code et le gouvernement est heureux de voir les progrès réalisés par Google et plus récemment par Facebook pour conclure des accords commerciaux avec les entreprises de médias australiens », a déclaré le trésorier Josh Frydenberg dans un communiqué. Google tenait également à éviter de créer un précédent selon lequel les plates-formes devraient payer n’importe qui pour des liens, ce qui pourrait rendre leur moteur de recherche phare inutilisable.

Facebook – qui dépend beaucoup moins du contenu des actualités – avait initialement déclaré que le fait d’être obligé de payer pour les actualités n’en valait tout simplement pas la peine et avait fermé l’accès au contenu des actualités pour ses utilisateurs australiens.

Le gouvernement a déclaré que la loi, appelée code de négociation obligatoire pour les médias d’information et les plates-formes numériques, garantirait que les entreprises de presse « soient équitablement rémunérées pour le contenu qu’elles génèrent, contribuant ainsi à soutenir le journalisme d’intérêt public en Australie ».

Facebook et Google disposent désormais de deux mois supplémentaires pour conclure d’autres accords qui éviteraient un arbitrage exécutoire. Google a déjà négocié des accords d’une valeur de plusieurs millions de dollars avec des sociétés de médias locales, dont les deux plus importantes: Rupert Murdoch’s News Corp et Nine Entertainment.

Facebook a levé mardi une interdiction des informations australiennes à l’échelle du site, introduite pour protester contre la loi, et a annoncé son premier projet d’accord avec une société de médias australienne, Seven West. Facebook et Google ont tous deux déclaré qu’ils investiraient environ 1 milliard de dollars chacun dans les informations à travers le monde au cours des trois prochaines années.

Les détracteurs de la loi affirment qu’elle punit les entreprises innovantes et équivaut à une ponction d’argent en luttant – mais politiquement connecté – avec les médias traditionnels. Les initiés de la technologie considèrent que la législation est motivée, en particulier, par News Corp de Rupert Murdoch, qui domine le paysage médiatique local et entretient des liens étroits avec le gouvernement conservateur australien.

Nick Clegg, responsable des affaires mondiales, a déclaré jeudi que le projet initial de loi aurait forcé Facebook à payer « des sommes d’argent potentiellement illimitées à des conglomérats de médias multinationaux dans le cadre d’un système d’arbitrage qui décrit délibérément mal la relation entre les éditeurs et Facebook ».

Des milliers d’emplois dans le journalisme et de nombreux organes de presse ont été perdus rien qu’en Australie au cours de la dernière décennie, alors que le secteur surveillait le flux des revenus publicitaires vers les acteurs numériques. Pour chaque 100 $ dépensé par les annonceurs australiens aujourd’hui, 49 $ vont à Google et 24 $ à Facebook, selon le chien de garde de la concurrence du pays.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus