Au moins 3 manifestants tués alors que la junte birmane intensifie la répression

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Au moins trois manifestants anti-coup d’État ont été tués par les forces de sécurité du Myanmar dimanche lors de manifestations alors que les dirigeants militaires du pays intensifiaient le recours à la force meurtrière pour étouffer l’opposition.

La junte se bat pour contenir un mouvement de rue massif exigeant qu’il cède le pouvoir et libère le chef civil déchu Aung San Suu Kyi, qui a été arrêté avec les principaux alliés politiques au début du mois.

La police et les soldats avaient déjà tiré des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes et des canons à eau lors de manifestations ces dernières semaines dans le but de mettre fin à la campagne de désobéissance civile, avec des balles réelles utilisées dans certains cas isolés.

Un grand nombre a de nouveau été mobilisé dimanche matin pour disperser les foules dans plusieurs régions du pays après des appels en ligne aux manifestants pour qu’ils inondent à nouveau les rues.

Trois hommes ont été tués et au moins 20 autres blessés lorsque les forces de sécurité ont organisé un rassemblement dans le centre côtier sud de Dawei, selon un médecin bénévole et des médias locaux.

Le secouriste Pyae Zaw Hein a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) que le trio avait été « abattu à balles réelles », tandis que les blessés étaient touchés par des balles en caoutchouc.

« Il pourrait également y avoir beaucoup plus de victimes parce que de plus en plus de blessés continuent à arriver », a-t-il ajouté.

Le média local Dawei Watch a confirmé que trois d’entre eux étaient morts dans l’incident.

Il y a eu des rapports non confirmés faisant état d’autres décès ailleurs dans le pays, y compris le centre commercial de Yangon.

Les officiers ont commencé à disperser une foule du centre-ville quelques minutes avant le début prévu de la journée de protestation, mais on ne savait pas s’ils utilisaient des balles réelles.

«La police a commencé à tirer juste au moment où nous sommes arrivés», a déclaré Amy Kyaw, une institutrice de 29 ans.

« Ils n’ont pas dit un mot d’avertissement. Certains ont été blessés et certains enseignants se cachent toujours dans les maisons des voisins. »

Ailleurs dans la ville, les manifestants ont pris position derrière des barricades et brandi des boucliers artisanaux pour se défendre contre les assauts, la police utilisant des gaz lacrymogènes pour dégager certains rassemblements.

Au moins un journaliste qui a documenté les agressions de dimanche par les forces de sécurité a été battu et détenu à Myitkyina, une ville du nord au bord de la rivière Irrawaddy, selon le média local The 74 Media.

Un autre journaliste a été abattu avec des balles en caoutchouc alors qu’il couvrait une manifestation dans le centre-ville de Pyay, a déclaré leur employeur.

Des émissions en direct ont montré que les forces de sécurité utilisaient des canons à eau contre des foules dans le centre de Mandalay, la deuxième plus grande ville et capitale culturelle du pays.

Des semaines de troubles

Depuis la prise de pouvoir militaire du 1er février, le Myanmar a été secoué par des manifestations géantes et une campagne de désobéissance civile encourageant les fonctionnaires à quitter leur poste.

La répression de dimanche a fait suite à une vague similaire d’actions violentes contre des rassemblements anti-coup d’État en colère mais largement pacifiques dans tout le pays un jour plus tôt.

Plusieurs journalistes documentant les agressions de samedi par les forces de sécurité ont été arrêtés, dont un photographe de l’Associated Press (AP) à Yangon.

Près de la principale université de la ville, la police a tiré plusieurs grenades assourdissantes pour dégager une foule sur un point chaud de la manifestation.

Plus de 850 personnes ont été arrêtées, inculpées ou condamnées depuis le coup d’État, selon le groupe de surveillance de l’Association d’assistance aux prisonniers politiques.

Mais la répression du week-end devrait augmenter considérablement ce nombre, les journaux d’État faisant état de 479 arrestations rien que samedi.

La condamnation internationale du coup d’État a été féroce, les États-Unis, l’Union européenne et d’autres grandes puissances dénonçant la violence contre les manifestants.

‘Tout peut arriver’

Suu Kyi n’a pas été vue en public depuis qu’elle a été arrêtée lors de raids avant l’aube dans la capitale Naypyitaw au moment du coup d’État.

Elle devrait y faire face lundi sous des accusations obscures pour possession de talkies-walkies non enregistrés et violation des restrictions du coronavirus sur les rassemblements publics.

Mais son avocat Khin Maung Zaw a déclaré à l’AFP qu’il n’avait toujours pas pu rencontrer le lauréat du prix Nobel avant l’audience.

« En tant qu’avocat, je mets ma confiance dans le tribunal et … un procès équitable », a-t-il déclaré. « Mais pendant cette période, tout peut arriver. »

Les médias d’État ont annoncé samedi que la junte avait limogé l’envoyé des Nations Unies du pays, qui a lancé un appel passionné à l’aide au nom du gouvernement civil déchu du Myanmar.

Les Nations Unies ont déclaré qu’il n’y avait eu aucune notification officielle du licenciement du diplomate et qu’il restait pour le moment le représentant du Myanmar.

Avant dimanche, au moins cinq personnes avaient été tuées depuis la prise de pouvoir par l’armée – quatre d’entre elles des suites de blessures subies lors de manifestations anti-coup d’État.

Un policier est également mort en tentant de réprimer une manifestation, a déclaré l’armée.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus