Des victimes syriennes d’attaques chimiques déposent une plainte contre le régime d’Assad

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un groupe de survivants d’attaques chimiques syriennes et des groupes de défense des droits syriens ont annoncé mardi qu’ils avaient déposé une plainte pénale en France pour deux attaques d’août 2013 à l’extérieur de Damas, soulignant la responsabilité présumée du régime syrien de Bashar Assad dans ce qui constituerait des crimes de guerre et des crimes contre humanité.

« Nous avons rassemblé de nombreuses preuves établissant exactement qui est responsable de ces attaques … dont les effets horribles continuent de toucher les survivants », a déclaré Hadi al Khatib, fondateur et directeur des archives syriennes, qui soutient l’initiative des survivants et du Centre syrien. pour les médias et la liberté d’expression (SCM).

Le procès concerne les attentats de 2013 à Douma et dans la banlieue de Damas dans la Ghouta orientale. Il s’agit du deuxième effort de ce type en Europe au cours des derniers mois pour demander des comptes dans les attaques chimiques.

En octobre, des groupes de défense des droits de l’homme ont déposé une plainte pénale en Allemagne demandant aux procureurs d’agir suite à l’attaque au sarin de 2013 dans la Ghouta orientale et à l’attaque de 2017 dans la ville de Khan Shaykhun. Ils figurent parmi les pires du conflit syrien.

La France et l’Allemagne ont toutes deux le principe de la «compétence universelle», qui permet à leurs tribunaux d’enquêter et de poursuivre les crimes contre l’humanité même s’ils ont été commis par des ressortissants étrangers sur un territoire étranger.

« Nous exhortons les juges français à enquêter conjointement sur les attaques contre la Ghouta orientale avec le procureur allemand », a déclaré Steve Kostas, avocat à l’Open Society Justice Initiative, dans un communiqué annonçant la décision de mardi. Selon Kostas, en mettant en commun leurs ressources et leurs efforts, les pays Kostas a affirmé que cela permettrait aux autorités judiciaires de différents pays d’avoir des affaires pénales prêtes à être poursuivies.

L’Open Society Justice Initiative, basée à New York, s’est associée au SCM et aux archives syriennes pour déposer leurs plaintes en France et en Allemagne.

La plainte, qui contient des témoignages de survivants, comprend des centaines de photos et de vidéos et une analyse de la chaîne de commandement militaire du régime, indique le communiqué.

Al Khatib, des archives syriennes, a déclaré que le régime de Bashar « n’a toujours pas été clair sur sa production, son utilisation et son stockage d’armes chimiques, ce qui signifie qu’il constitue toujours une menace pour ses propres civils, ainsi que pour la paix et la sécurité internationales ».

« Il doit être tenu responsable », a-t-il ajouté.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus