Légende de la danse, Patrick Dupond parti rejoindre les « étoiles »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Il était le danseur classique français le plus connu du grand public: Patrick Dupond, ancien danseur étoile de l’Opéra de Paris et star de la danse, est décédé vendredi à l’âge de 61 ans, des suites d’une « maladie foudroyante ».

« Patrick Dupond s’est envolé ce matin pour danser avec les étoiles », a annoncé à l’AFP sa collaboratrice Leïla Da Rocha. « Il est décédé à la suite d’une maladie foudroyante » qui l’a frappé il y a « quelques mois », a-t-elle dit, très émue.

Le Président Emmanuel Macron et son épouse Brigitte ont salué « une grande étoile du XXe siècle qui sut conquérir de nouveaux publics à la danse et éblouir de son talent par-delà nos frontières », et qui « brilla le plus fort sur la scène de l’Opéra de Paris ».

« Il est une icône de la danse, un artiste extraordinaire qui a électrisé la scène et le public. Il avait cette capacité à emmener le public dans son imaginaire grâce à sa technique éblouissante », a affirmé à l’AFP Marie-Claude Pietragalla, nommée étoile de l’Opéra en 1990 par Patrick Dupond durant son mandat de directeur de la danse. Pleurant son partenaire sur scène et son mentor, elle a ajouté que Dupond avait « démocratisé » la danse et « savait en parler ».

« Perdre un si grand artiste et un ami, en cette période, est juste de trop. Dupond et Dupont c’est fini… On aura bien rigolé Patrick », a écrit sur Instagram Aurélie Dupont, l’actuelle directrice de la danse à l’Opéra. « Merci d’avoir brillé si fort », a écrit le danseur étoile Hugo Marchand, en référence à celui qui a inspiré des générations de danseurs masculins.

– Blessure profonde –

Patrick Dupond avait trouvé sa voie très jeune dans la danse classique après s’être essayé, en vain, au football et au judo. Max Bozzoni, ancien danseur à l’Opéra de Paris et professeur de ballet, sera son « professeur à vie ».

Sacré à 21 ans étoile de l’Opéra, il a longtemps été l’enfant chéri de l’institution. A 31 ans, il succède au légendaire Rudolf Noureev à la direction de la danse de l’Opéra et de 1990 à 1995, il cumule les fonctions de patron et de danseur, avant de redevenir étoile.

Ses qualités d’acteur séduisent les plus grands chorégraphes, de Roland Petit à Maurice Béjart. Charismatique et spontané, il draine les foules lors de ses tournées à l’étranger, notamment aux Etats-Unis et au Japon. « Une rock star comme il n’y en plus aujourd’hui pour le ballet!  » a regretté l’ex-danseur étoile Manuel Legris, actuellement directeur de la danse à la Scala de Milan.

En 1997, c’est le drame: il quitte « la maison » après son licenciement, il avait accepté, sans l’accord de son employeur, de siéger au jury du festival de Cannes. Il sera dédommagé en cassation mais son départ restera une blessure profonde.

Dans un communiqué, l’Opéra de Paris a fait part vendredi de sa « profonde tristesse » après la disparition du danseur. « Sa personne et son nom resteront attachés à un pan de l’histoire de l’institution ».

– Sauvé par la danse –

En 2000, Patrick Dupond est victime d’un grave accident de voiture. Son corps est brisé par 134 fractures et les médecins lui annoncent qu’il ne dansera plus.

« La danse m’a donné un cadre et une liberté, le moyen d’exister de la belle façon, faisant du bien et échappant à tous les pièges. Maintes fois, je suis tombé, la danse m’en a sorti », affirmait-il au Figaro en août.

Après avoir tenté le cinéma (« Dancing Machine » avec Alain Delon en 1990), dansé avec les chevaux du Cadre noir, il est aussi beaucoup apparu sur le petit écran.

Après une participation –« éprouvante », selon lui– dans le programme de téléréalité « La ferme des célébrités » en 2005, il est revenu à la télévision deux ans plus tard comme membre du jury de « La France a un incroyable talent » sur M6.

Il renouvellera l’expérience entre 2014 et 2017 dans « Prodiges » sur France 2 avant de rejoindre en 2018 le jury de « Danse avec les stars » sur TF1 qui s’est dit « très triste » de sa disparition.

Ces dernières années, il s’était installé à Soissons (Aisne), où il avait rejoint l’école de Leïla Da Rocha, avec qui il montait des spectacles mêlant danse classique et orientale.

Le Ballet de Lorraine, anciennement Ballet Français de Nancy qu’il a dirigé, a rendu hommage à un artiste qui a voulu faire « connaître la danse à tous, et plus seulement aux plus privilégiés ».

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a salué la mémoire d’un artiste « follement talentueux » et son prédécesseur Jack Lang, qui l’avait nommé directeur, un « danseur de rêve ».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus