La jeunesse birmane disperse un journal de résistance au milieu de la répression de la junte

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

En représailles contre la répression d’Internet par la junte et les tentatives de suppression des informations, les jeunes du Myanmar distribuent secrètement un journal imprimé clandestin dans leurs communautés.

Depuis 56 jours consécutifs, il y a eu des pannes d’Internet au Myanmar frappé par le coup d’État, selon le groupe de surveillance NetBlocks.

Le pays est en pleine tourmente depuis que le dirigeant démocratiquement élu Aung San Suu Kyi a été évincé lors d’un coup d’État du 1er février, déclenchant un soulèvement de masse qui a entraîné une répression brutale de la sécurité et la mort de plus de 700 civils.

Lynn Thant, 30 ans, pas son vrai nom, a lancé le bulletin d’information clandestin et lui a donné le nom énervé de Molotov pour attirer les jeunes.

« C’est notre réponse à ceux qui ralentissent le flux d’informations – et c’est une menace pour nous », a-t-il déclaré à l’Agence France-Presse (AFP).

Des milliers de lecteurs à travers le pays téléchargent la version PDF de la publication et impriment et distribuent des copies physiques dans les quartiers de Yangon, Mandalay et d’autres régions.

Lynn Thant est consciente des risques encourus.

La police et les soldats ont arrêté plus de 3 000 personnes depuis le coup d’État, selon le groupe de surveillance local Assistance Association for Political Prisonniers.

Deux cents célébrités de haut niveau, y compris des acteurs, des chanteurs et des influenceurs des médias sociaux, figurent sur une liste de mandat d’arrêt et pourraient faire face à trois ans de prison si elles sont reconnues coupables d’avoir répandu la dissidence contre l’armée.

«Si nous écrivons de la littérature révolutionnaire et la distribuons ainsi, nous pourrions nous retrouver en prison pendant de nombreuses années», a-t-il déclaré, le visage masqué par l’un des masques de Guy Fawkes popularisés par le film dystopique «V pour Vendetta».

« Même si l’un de nous est arrêté, il y a des jeunes qui continueront à produire le bulletin Molotov. Même si l’un de nous est tué, quelqu’un d’autre viendra quand quelqu’un tombera. Ce bulletin Molotov continuera d’exister jusqu’à ce que la révolution soit à succès. »

Il a déclaré que la publication avait jusqu’à présent une portée de plus de 30000 personnes sur Facebook et que le public principal était les militants de la génération Z.

Des exemplaires du bulletin sont également diffusés sous le radar sur les marchés de fruits et légumes.

Le Myanmar a vécu sous un régime militaire pendant 49 ans avant de passer à la démocratie en 2011.

Le pays a une longue histoire de publications clandestines qui tentent de contourner la suppression de la junte.

Les médias indépendants sont menacés, avec 64 journalistes arrêtés depuis le coup d’État et 33 toujours en détention, selon le groupe de surveillance Reporting ASEAN.

La junte a également révoqué les licences de cinq médias et engagé un lobbyiste pour expliquer la situation.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus