Le bilan des victimes civiles dépasse les 700 au Myanmar après le coup d’État

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le bilan des morts civils a dépassé 700 au cours du week-end depuis que la junte birmane a commencé sa répression brutale contre les manifestants civils qui sont descendus dans la rue pour s’opposer au retrait du chef civil du pays, Aung San Suu Kyi, le 1er février.

Dimanche, une explosion à la bombe devant une banque appartenant à des militaires dans la deuxième plus grande ville du Myanmar, Mandalay, a blessé un garde de sécurité, ont rapporté les médias locaux.

Il y avait une forte présence de sécurité dans la zone après l’explosion.

La banque fait partie des dizaines d’entreprises contrôlées par l’armée qui ont subi des pressions de boycott depuis le coup d’État, de nombreux clients exigeant de retirer leur épargne.

Il y a eu de violents effusions de sang ces derniers jours.

Samedi, un groupe de surveillance local a déclaré que les forces de sécurité avaient abattu et tué 82 manifestants anti-coup d’État la veille dans la ville de Bago, à 65 kilomètres au nord-est de Yangon.

Des images vérifiées de l’Agence France-Presse (AFP) ont été prises vendredi matin, montrant des manifestants cachés derrière des barricades de sacs de sable brandissant des fusils artisanaux, alors que des explosions ont été entendues en arrière-plan.

Le bureau des Nations Unies au Myanmar a tweeté samedi soir qu’il suivait l’effusion de sang à Bago, où il a déclaré que les soins médicaux avaient été refusés aux blessés.

Dans l’ensemble, l’Association d’assistance aux prisonniers politiques a constaté 701 morts parmi les civils depuis le putsch.

La junte a un nombre bien inférieur: 248, selon un porte-parole vendredi.

Malgré l’effusion de sang, les manifestants ont continué à se rassembler dans certaines parties du pays.

Des étudiants universitaires et leurs professeurs ont défilé dans les rues de Mandalay et de la ville de Meiktila dimanche matin, selon les médias locaux.

Certains portaient des tiges de fleurs d’Eugenia – un symbole de victoire.

A Yangon, les manifestants portaient une banderole qui disait: « Nous remporterons la victoire, nous gagnerons ».

Les manifestants là-bas, ainsi que dans la ville de Monywa, se sont mis à écrire des messages politiques sur les feuilles, y compris « nous devons gagner », et ont appelé à une intervention de l’ONU pour empêcher de nouvelles effusions de sang.

Dans tout le pays, les gens ont été exhortés à participer à une manifestation aux flambeaux dans leurs quartiers après le coucher du soleil dimanche soir.

Des troubles ont également éclaté samedi dans la ville du nord-ouest de Tamu, près de la frontière indienne, où les manifestants ont riposté lorsque des soldats ont tenté de démolir des barricades de fortune érigées pour bloquer les forces de sécurité.

Deux civils ont été tués lorsque des soldats ont commencé à tirer au hasard, a déclaré un local, les manifestants ayant riposté en lançant une bombe qui a explosé et renversé un camion militaire, tuant plus d’une douzaine de soldats.

« Certains se cachent – nous craignons que notre peuple ne soit blessé en représailles », a déclaré le résident à l’AFP.

L’effusion de sang croissante a également provoqué la colère d’une vingtaine de groupes ethniques armés du Myanmar, qui contrôlent des pans de territoire, principalement dans les régions frontalières.

Il y a eu des affrontements samedi dans le nord de l’État de Shan, alors que l’Armée de libération nationale de Ta’ang (TNLA), un groupe ethnique rebelle, a lancé une attaque avant l’aube contre un poste de police, a déclaré le brigadier de la TNLA. Le général Tar Bhone Kyaw, qui a refusé de donner des détails.

Les médias locaux ont rapporté que plus d’une douzaine de policiers avaient été tués, tandis que le TNLA a déclaré que l’armée avait riposté avec des frappes aériennes sur ses troupes, tuant au moins un soldat rebelle.

La télévision d’État a rapporté dans la soirée que des «groupes armés terroristes» avaient attaqué le poste de police avec des armes lourdes et y avaient mis le feu.

Dans le même temps, les médias officiels ont rapporté vendredi que 19 personnes avaient été condamnées à mort pour vol et meurtre par un tribunal militaire, dont 17 jugées par contumace.

Ils ont été arrêtés dans le canton de Nord Okkalapa à Yangon – l’un des six quartiers du centre commercial actuellement soumis à la loi martiale, ce qui signifie que toute personne arrêtée là-bas est jugée par un tribunal militaire.

Le Myanmar a longtemps été condamné à mort mais n’a pas procédé à une exécution depuis plus de 30 ans, a déclaré Phil Robertson, directeur adjoint de la division Asie de Human Rights Watch.

« Cela indique que les militaires sont prêts à revenir à une époque où le Myanmar exécutait des gens », a-t-il déclaré.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus