« pas de front républicain » en Occitanie, dit Pradié (LR)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le numéro 3 de LR, Aurélien Pradié, candidat aux régionales en Occitanie, a écarté mardi toute idée d’alliance ou de retrait au second tour, assurant qu’il n’y aurait « pas de front républicain », même face au Rassemblement national.

« Je crois en une droite républicaine qui n’est ni la remorque du Rassemblement national, ni la remorque de la gauche ou de la macronie », a expliqué le député du Lot sur le Talk du Figaro.

« Ma liste du premier tour sera la même au second tour », a-t-il ajouté, en répétant: « pas de front républicain ».

Mais « de toute façon, il n’y en aura pas besoin » car, selon lui, le Rassemblement national « ne sera pas l’alternative dans cette région ; c’est nous, la droite républicaine, qui incarnerons l’alternative ».

Au lendemain de l’élection à la tête des jeunes LR de Guilhem Carayon, représentant de l’aile droitière du parti, M. Pradié s’est interrogé: « Est-ce que l’ambition de la droite républicaine, c’est de faire éternellement 8% aux élections? On peut se faire plaisir avec ça entre nous, se rassurer, se dire qu’on est tous les mêmes », mais « l’ambition de la droite républicaine, c’est de rassembler les Français ».

Déplorant que celle-ci ait « perdu le peuple », il a défendu une droite qui dans le passé « a porté des grandes conquêtes, économiques et sociales ».

« Ce n’est pas une droite de gauche, c’est une droite qui historiquement est la droite gaulliste, la droite séguiniste », a-t-il ajouté.

Interrogé sur la présidentielle, il a redit son opposition à la primaire qui « désigne un chef de clan, là où nous avons besoin de désigner un chef d’État ».

« Mon candidat, s’il avait la volonté d’y aller, c’était François Baroin » et « je ne le lâcherai pas tant qu’il n’aura pas dit qu’il n’est pas candidat », a-t-il assuré.

Enfin, sur les velléités de retour prêtées à l’ancien Premier ministre Edouard Philippe, il a estimé que « tout cela est une bulle ». « Le seul avenir d’Édouard Philippe, c’est dans le sillage d’Emmanuel Macron ».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus