la Cour suprême a commencé à voter sur la Copa América

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La Cour suprême a commencé à voter jeudi sur le maintien ou non de la Copa América au Brésil, trois premiers juges se prononçant en faveur de l’organisation à partir de dimanche de ce tournoi hautement controversé, dans un pays où près de 480.000 personnes sont mortes du Covid-19.

Si trois autres magistrats donnent leur feu vert, la majorité des 11 juges sera acquise pour le coup d’envoi dans trois jours, avec le match d’ouverture entre le Brésil et le Venezuela, à Brasilia.

Les 11 juges ont jusque 23h59 ce jeudi pour statuer sur les recours déposés par deux partis de gauche et un syndicat de métallurgistes réclamant l’annulation de la compétition.

La session de la Cour suprême est virtuelle, sans débats entre les magistrats, qui envoient leurs votes écrits tour à tour.

La juge Carmen Lucia a décidé de rejeter ces recours, arguant que la responsabilité d’autoriser ou non la tenue des matches revenait aux autorités des Etats ou des villes où ils auront lieu.

« C’est à eux de faire respecter les protocoles pour éviter une ‘Copavirus’, avec davantage d’infections et la circulation de nouvelles souches », a-t-elle justifié.

Même si les recours finissent par être rejetés, cela ne revient pas pour autant à un blanc-seing de la Cour suprême en faveur de la Copa América.

« Le rejet des recours ne signifie pas que les autorités compétentes ne doivent pas prendre les décisions nécessaires au niveau sanitaire et de sécurité pour faire respecter les protocoles en vigueur », a estimé le juge Marco Aurelio Melo.

– « Pas de base scientifique –

Le maire de Rio de Janeiro, Eduardo Paes, avait annoncé la semaine dernière qu’il n’hésiterait pas à faire interdire des matches prévus dans sa ville si la situation sanitaire s’aggravait.

Le juge Ricardo Lewandowski a voté dans le même sens que ses deux collègues, mais il a en outre demandé au gouvernement du président d’extrême droite Jair Bolsonaro de présenter un plan détaillé des mesures de prévention avant le début du tournoi.

Même s’il a estimé qu’il n’était pas du ressort de la Cour suprême d’annuler la Copa América, il a critiqué le fait que le gouvernement ait accepté de l’organiser au pied levé malgré la gravité de la situation sanitaire.

« La façon dont l’organisation de la Copa América dans notre pays a été annoncée, aussi soudainement, révèle, à première vue, que cette décision a été prise sans base scientifique, technique ou stratégique », a affirmé le juge Lewandowski.

Le 31 mai, la Confédération sud-américaine (Conmebol) a annoncé à la surprise générale que le Brésil accueillerait le tournoi, après les désistements de la Colombie, puis de l’Argentine.

La Conmebol avait remercié tout spécialement le président Bolsonaro pour avoir « ouvert les portes de son pays pour l’événement sportif le plus sûr au monde ».

– Sponsors mécontents –

Cette décision avait suscité une levée de boucliers au Brésil, un pays pourtant fou de football, en raison de la gravité de la situation sanitaire, avec environ 2.000 morts par jour depuis environ deux mois et la menace d’une troisième vague pour ces prochaines semaines.

Plusieurs sponsors de la Copa América ont marqué leur mécontentement.

Mastercard a décidé mercredi de retirer son logo de la compétition, une première depuis qu’il a commencé à la parrainer, en 1992. L’entreprise américaine honorera toutefois son contrat de sponsoring. La brasseur brésilien Ambev, qui fait partie du géant mondial AB Invev, a pris une décision similaire.

Mardi soir, les joueurs de l’équipe nationale du Brésil ont fait part de leur insatisfaction au sujet du tournoi, mais ont finalement écarté tout boycott.

« Nous sommes contre l’organisation de la Copa América, mais nous ne dirons jamais non à la sélection brésilienne », ont-ils écrit sur les réseaux sociaux.

Mercredi, le sélectionneur Tite a annoncé sa liste pour la compétition, avec le retour du défenseur Thiago Silva, remis d’une blessure à la cuisse.

C’est le seul changement dans le groupe qui a obtenu deux belles victoires sur le même score de 2-0 face à l’Equateur vendredi et le Paraguay mardi, avec un grand Neymar, auteur d’un but et une passe décisive à chaque match.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus