Une fillette de 13 ans violée et égorgé par un homme de 41 ans

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les corps sans vie de Michèle Marinescu, 47 ans, et de sa fille Christine, 13 ans, avaient été découverts le 7 janvier 1993 dans leur maison de Sassenage, en Isère.

Elles gisaient dans leur chambre, lardées de coups de couteau. Les deux victimes ont été égorgées et la fillette a été violée.

Du sperme avait été retrouvé sur un pantalon mais n’avait pas pu être exploité à l’époque.

Dans cette affaire, 5 juges d’instructions se sont succédés, 34 expertises ont été réalisés et des dizaines de témoins ont été entendus.

En 2018, les gendarmes ont repris le dossier à zéro. Ils se sont intéressés alors à Marian Marinescu, le père et mari des victimes.

Ce dernier, âgé à l’époque de 44 ans, avait un alibi en béton : il était en Roumanie avec son fils de 7 ans pour fêter les fêtes de fin d’années.

Les militaires ont effectué des vérifications qui ont révélé que Marian était bien en Roumanie mais avant et après le crime.

Les progrès scientifiques ont permis d’isoler un ADN sur les traces de sperme prélevées sur le pantalon. Un test génétique a été pratiqué et a révélé qu’il s’agit de l’ADN de Marian Marinescu.

L’homme, âgé aujourd’hui de 72 ans, a déclaré en garde à vue qu’en supposant que ce soit lui, il n’a aucun souvenir d’avoir commis les faits.

Cet ancien ingénieur et chef d’entreprise a été mis en examen pour l’assassinat de son épouse et le meurtre, précédé ou accompagné du viol de sa fille de 13 ans.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus