Blanquer lance son « Laboratoire de la République », ciblant notamment « le wokisme »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a lancé mercredi son think tank « Le Laboratoire de la République », destiné à remporter « la bataille des idées » en défendant notamment « l’humanisme et l’universalisme » face au « wokisme ».

« La République n’est pas une incantation », « pas une formule creuse », mais « une boussole et aussi une ancre », a plaidé M. Blanquer devant environ 200 personnes réunies à la Maison de l’Amérique latine à Paris (VIIe arrondissement).

Le cercle de réflexion de M. Blanquer, dont la secrétaire générale est l’eurodéputée Ilana Cicurel, planchera sur quatre axes définissant, dans la Constitution, la République: « indivisible, laïque, démocratique et sociale ».

« Nous aurons des commissions qui travailleront sur ces quatre dimensions. Nous devons regarder comment cela débouche sur des politiques publiques du XXIe siècle », a expliqué M. Blanquer qui compte ainsi nourrir la campagne présidentielle.

Inauguré un an après l’assassinat sauvage par un islamiste de l’enseignant Samuel Paty le 16 octobre 2000, ce think tank doit « d’abord s’adresser à la jeunesse », a poursuivi M. Blanquer.

Devant quelques ministres (Emmanuelle Wargon, Bérangère Abba…), parlementaires (François Patriat, Aurore Bergé, Gilles Le Gendre…) mais aussi des intellectuels comme la philosophe Élisabeth Badinter et l’écrivaine et actrice Rachel Khan, M. Blanquer est monté à l’offensive contre le « wokisme », ce mouvement se revendiquant progressiste et se disant conscient des oppressions vécues par les minorités.

Défendant une « vision gramscienne », selon laquelle « il ne peut y avoir de victoire politique que si la bataille des idées est gagnée », M. Blanquer a étrillé cette « pensée de la fragmentation » contraire à l’idéal républicain, qui selon lui s’insinue dans quatre champs.

« Le champ académique », d’abord, « qui a eu à subir les avancées du wokisme, de la cancel culture », quand « de véritables stratégies de pouvoir se sont mises en place »; le domaine médiatique, « médias classiques comme réseaux sociaux » où se développe « une certaine agressivité »; le monde culturel; et le monde politique.

« Ne nous laissons pas décrire comme vieux et franchouillard », a martelé M. Blanquer. « Il y a une attractivité du modèle républicain. L’humanisme et l’universalisme ne sont pas des valeurs à mettre au rebut de l’histoire », a-t-il ajouté.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available